Connectez-vous avec nous

Life

Théorie de la coercition et cycle coercitif

Le cycle coercitif parent-enfant dans la petite enfance peut avoir un impact majeur sur le développement des relations sociales et du comportement de l’enfant1. Des décennies de recherche ont montré que les problèmes de comportement précoce et la sévérité des parents peuvent entraîner des difficultés d’adaptation chez l’enfant plus tard dans la vie2.

Théorie de la coercition de Patterson

La théorie de la coercition de Patterson décrit un processus de renforcement mutuel dans lequel les parents renforcent involontairement les comportements problématiques de leurs enfants et les enfants renforcent l’éducation coercitive de leurs parents.

L’hostilité, l’agressivité et la négativité croissantes entre les parents et les enfants entraînent le cycle de la coercition3.

Qu’est-ce que le cycle coercitif ?

A quoi fait référence le « cycle coercitif » ?

Le cycle coercitif parent-enfant est un cycle de discipline sévère et d’interactions parent-enfant négatives conduisant au développement d’une conduite et d’un comportement antisocial chez l’enfant.

Un cycle coercitif commence généralement lorsque l’enfant désobéit à une directive ou à une demande du parent. Le mauvais comportement provoque la colère et l’hostilité du parent et ce dernier réagit de manière punitive, ce qui provoque l’agressivité de l’enfant, qui augmente encore plus la réponse hostile du parent. Au fur et à mesure que les échanges se poursuivent, le niveau de coercition s’intensifie et monte en puissance pour créer un cercle vicieux4.

Les parents peuvent également initier le processus en adoptant une discipline sévère. La coercition parentale conduit à des niveaux plus élevés de comportement perturbateur de l’enfant et alimente davantage la colère et l’hostilité du parent.

Le cycle se poursuit jusqu’à ce que l’un des participants « gagne ». Si l’enfant finit par céder, le parent « gagne » et la coercition parentale est renforcée. Si le parent se désengage, l’enfant « gagne » et le comportement agressif est renforcé5. Le parent a été façonné pour reculer lorsque le comportement de l’enfant devient aversif la prochaine fois que le parent essaie de le discipliner.

Par conséquent, le comportement des parents renforce involontairement le comportement difficile de l’enfant ; de même, le comportement aversif de l’enfant amplifie la négativité des parents. Le renforcement négatif du mauvais comportement de l’enfant et la coercition des parents créent un cycle de rétroaction positive. L’interaction parent-enfant coercitive devient de plus en plus difficile avec le temps, ce qui conduit à une escalade du comportement agressif.

Quelles sont les causes du cycle coercitif ?

Les comportements des parents et des enfants contribuent tous deux à la création du cycle coercitif puisqu’il est façonné, réciproque et entretenu par les deux.

La contribution de l’enfant – Le tempérament

Les enfants et les parents développent souvent un modèle de coercition mutuelle pendant les années de la petite enfance. Pendant la petite enfance, le corps, le cerveau, les capacités motrices et les émotions de l’enfant se développent rapidement.

Avec la capacité de marcher, les tout-petits commencent à explorer l’environnement et à s’aventurer dans des endroits dangereux ou interdits.

Le principal défi pour les parents à cette époque est de trouver un équilibre entre les exigences de conformité et la possibilité d’une exploration libre.

Pour protéger leurs enfants, les parents doivent commencer à utiliser la discipline, le contrôle et l’établissement de limites pour restreindre la mobilité des tout-petits. Par conséquent, l’éducation d’un enfant au tempérament difficile est particulièrement difficile.

Le tempérament d’un enfant peut influencer les problèmes de la relation parent-enfant. Un enfant au tempérament difficile présente souvent une dysrégulation des émotions, ce qui est plus susceptible de provoquer des réponses parentales sévères6.

Plus l’enfant a des difficultés de comportement, plus la réponse du parent sera coercitive, contrôlante et négative, ce qui, à son tour, stimulera l’agressivité de l’enfant, entraînant le cycle coercitif.

La contribution des parents – Le rôle parental coercitif

Une éducation parentale sévère contribue au cycle coercitif de quatre manières.

Premièrement, les réactions émotionnelles négatives des parents sévères reflètent leur propre incapacité à contrôler leurs émotions. Les parents sévères ne donnent pas l’exemple d’une bonne régulation des émotions à leurs enfants. Ils utilisent également plus de contrôle et moins de conseils7.

Face à l’adversité, les enfants apprennent à devenir réactifs.

Deuxièmement, les parents mal régulés sont également plus susceptibles d’interpréter l’émotion négative des enfants comme étant intentionnelle, et donc d’initier des interactions coercitives avec eux.

Troisièmement, les parents sévères favorisent un comportement régulateur inapproprié. Plutôt que de détourner l’attention des enfants d’un événement pénible, les parents coercitifs augmentent l’attention portée à cet événement et n’aident pas les enfants à soulager leur détresse.

Quatrièmement, dans une interaction chargée d’émotions, l’enfant réagit aux émotions plutôt qu’au contenu des demandes du parent. Même si le parent dur a une demande « correcte », si le message est transmis avec une émotion négative, l’enfant réagira à l’émotion plutôt qu’à la demande elle-même.

Les parents qui s’engagent dans un cycle coercitif ont tendance à être des parents autoritaires.

Pourquoi le cycle coercitif est-il problématique

La non-conformité et l’agressivité sont courantes dans la petite enfance, mais une éducation parentale inefficace peut entraîner une augmentation des conflits, ce qui constitue un terrain propice aux comportements oppositionnels8.

À l’âge préscolaire, les enfants qui sont défiants à la maison ont probablement appris à faire taire les demandes désagréables ou non gratifiantes par un comportement agressif.

Les problèmes de comportement d’un enfant apparaissent dans une famille où les interactions coercitives sont prédominantes.

Dans le cycle coercitif, les enfants apprennent à travers les modèles de comportement coercitifs de la famille. Ils transposent ensuite ce comportement appris dans leurs interactions avec des personnes extérieures à la famille, comme les pairs et les enseignants9.

Une mauvaise régulation émotionnelle contribue également à la formation de problèmes de comportement à l’école.

Lorsque les parents sont hostiles, ils donnent l’exemple d’une mauvaise régulation des émotions et n’apprennent pas à leurs enfants comment interagir avec leurs pairs de manière coopérative et sociale10.

Les enfants qui ne peuvent pas réguler l’excitation émotionnelle négative sont susceptibles d’avoir des problèmes sociaux avec leurs pairs à l’école.

Les comportements problématiques qui ont été formés à la maison sont généralement maintenus à l’école par des échanges coercitifs avec les pairs11.

Le développement de problèmes de comportement dans la petite enfance conduit souvent à des comportements délinquants3 et criminels12 plus graves plus tard dans la vie. Les chercheurs ont également trouvé une forte corrélation entre l’éducation parentale coercitive et l’arrestation précoce ultérieure13,14.

Briser le cycle coercitif

Pour briser le cycle coercitif, le parent et l’enfant doivent apprendre à réguler leurs émotions pour éviter l’escalade des échanges hostiles.

Les interventions ciblant les pratiques parentales coercitives peuvent prévenir l’escalade des problèmes de comportement15.

L’éducation des parents et des enfants sur les stratégies de régulation appropriées est un autre moyen de briser le cycle coercitif.

Réflexions finales sur le cycle coercitif

Bien que l’enfant et le parent contribuent tous deux à créer et à entretenir le cycle coercitif, il n’y a qu’un seul adulte dans cette interaction. En tant qu’adultes, les parents doivent prendre l’initiative de briser les pratiques parentales brutales et aider les enfants à acquérir des compétences relationnelles adaptées.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires