Connectez-vous avec nous

Life

Les 10 meilleurs conseils pour être parent

Qu’est-ce qu’un bon parent ? – Comment être un bon parent – Les 10 conseils les plus importants

Être parent n’est pas facile. Être un bon parent est un travail difficile. Ces 10 conseils pour être de bons parents vous aideront.

Qu’est-ce qu’un bon parent ?

Un bon parent est une personne qui s’efforce de prendre des décisions dans le meilleur intérêt de l’enfant.

Ce qui fait un bon parent n’est pas seulement défini par l’action du parent, mais aussi par son intention.

Un bon parent n’a pas besoin d’être parfait. Personne n’est parfait. Non enfant n’est pas parfait non plus … il est important de garder cela à l’esprit lorsque nous définissons nos attentes.

Une éducation parentale réussie ne consiste pas à atteindre la perfection. Mais cela ne signifie pas que nous ne devons pas travailler pour atteindre cet objectif. Nous devons d’abord nous fixer des normes élevées pour nous-mêmes, puis pour nos enfants. Nous sommes des modèles importants pour eux.

Comment être un bon parent – Les 10 meilleurs conseils parentaux

Voici 10 conseils sur la façon d’être un meilleur parent, d’acquérir de bonnes compétences parentales et d’éviter les mauvais comportements parentaux. Beaucoup d’entre eux ne sont ni rapides ni faciles. Et personne ne peut probablement les appliquer tous, tout le temps.

Mais si vous continuez à travailler sur les conseils de ce guide parental, même si vous n’en faites qu’une partie de temps en temps, vous avancerez quand même dans la bonne direction.

#1 Soyez un bon modèle

Joignez le geste à la parole. Ne vous contentez pas de dire à votre enfant ce que vous voulez qu’il fasse.

La meilleure façon d’enseigner est de leur montrer.

L’être humain est une espèce spéciale en partie parce que nous pouvons apprendre par imitation1. Nous sommes programmés pour copier les actions des autres, les comprendre et les incorporer dans les nôtres. Les enfants, en particulier, observent très attentivement tout ce que font leurs parents.

Donc, soyez la personne que vous voulez que votre enfant soit – respectez votre enfant, montrez-lui un comportement et une attitude positifs, ayez de l’empathie envers les émotions de votre enfant – et votre enfant suivra.

#2 : Aimez-les et montrez-leur par l’action

La mère et le père embrassent affectueusement le bébé dans des articles sur les bonnes pratiques parentales.

Montrez votre amour.

Il n’y a rien de tel que de trop aimer son enfant. Les aimer ne peut pas les gâter2.

Seul ce que vous choisissez de faire (ou de donner) au nom de l’amour le peut – des choses comme l’indulgence matérielle, l’indulgence, le manque d’attentes et la surprotection. Lorsque ces choses sont données à la place du véritable amour, c’est là que vous aurez un enfant gâté.

Aimer votre enfant peut être aussi simple que de lui faire des câlins, de passer du temps de qualité avec lui, de prendre des repas en famille ensemble, et d’écouter sérieusement son problème.

Ces actes d’amour peuvent déclencher la libération d’hormones de bien-être comme l’ocytocine. Ces substances neurochimiques peuvent nous apporter un profond sentiment de calme, de chaleur émotionnelle et de satisfaction, grâce auquel l’enfant développera sa résilience, sans oublier une relation plus étroite avec vous3.

Pour plus d’aide pour calmer les crises de colère, consultez ce guide étape par étape.

Calmez les colères ebook

#3 : Pratiquer une parentalité positive aimable et ferme

Une mère explique à son enfant comment utiliser le guide de l'éducation positive pour renforcer l'estime de soi de l'enfant.

Les bébés naissent avec environ 100 milliards de cellules cérébrales (neurones) avec relativement peu de connexions. Ces connexions sont à l’origine de nos pensées, de nos actions, de notre personnalité et, en fait, de notre identité. Elles sont créées, renforcées et « sculptées » au fil des expériences de notre vie.

Donnez à votre enfant une interaction familiale positive, surtout pendant les premières années. Il aura alors la capacité de vivre lui-même des expériences positives et de les offrir aux autres4.

Mais si vous donnez à votre enfant des expériences négatives, il n’aura pas le type de développement nécessaire à son épanouissement.

Chantez cette chanson idiote. Faites un marathon de chatouilles. Allez au parc. Riez avec votre enfant. Donnez-lui de l’attention positive. Traversez une crise de colère avec lui. Résolvez un problème ensemble en adoptant une attitude positive.

Non seulement ces expériences positives créent de bonnes connexions neuronales dans le cerveau de votre enfant, mais elles forment aussi les souvenirs de vous que votre enfant garde toute sa vie.

Lorsqu’il s’agit de discipline, il semble difficile de rester positif, surtout lorsqu’il s’agit de problèmes de comportement. Mais c’est possible en utilisant discipline positive et éviter une discipline sévère.

Être un bon parent signifie que vous devez enseigner à votre enfant la morale de ce qui est bien et de ce qui est mal.

Fixer des limites et être cohérent est la règle d’or d’une bonne discipline. Soyez gentil et ferme lorsque vous établissez des règles et que vous les faites respecter. Concentrez-vous sur la raison du mauvais comportement de l’enfant. Et faites-en une occasion pour lui d’apprendre pour l’avenir de manière positive, plutôt que d’être puni pour le passé.

Voir aussi : Comment gérer les crises de colère des tout-petits ?

#4 : Soyez un havre de sécurité pour votre enfant

Bébé dort avec un jouet en peluche avec des parents offrant une éducation efficace.

Faites savoir à votre enfant que vous serez toujours là pour lui en étant attentif à ses signaux et sensible à ses besoins. Soutenez et acceptez votre enfant en tant qu’individu. Soyez un endroit chaleureux et sûr pour que votre enfant puisse explorer et revenir.

Les enfants élevés par des parents qui sont constamment attentifs ont tendance à avoir un meilleur développement de la régulation émotionnelle, des compétences sociales et de la santé mentale5.

#5 : Parlez avec votre enfant et aidez son cerveau à s’intégrer

La plupart d’entre nous connaissent déjà l’importance de la communication. Parlez à votre enfant et écoutez-le attentivement. En gardant une ligne de communication ouverte, vous aurez une meilleure relation avec votre enfant et il viendra vous voir en cas de problème.

Mais il y a une autre raison de communiquer. Vous aidez votre enfant à intégrer les différentes parties de son cerveau, un processus essentiel au développement de l’enfant.

L’intégration est similaire à celle de notre corps, dans lequel différents organes doivent se coordonner et travailler ensemble pour maintenir un corps sain. Lorsque les différentes parties du cerveau sont intégrées, elles peuvent fonctionner harmonieusement comme un tout, ce qui signifie moins de crises de colère, plus de bon comportement, plus d’empathie et un meilleur bien-être mental6.

Pour ce faire, parlez des expériences troublantes. Demandez à votre enfant de décrire ce qui s’est passé et ce qu’il a ressenti afin de développer une communication adaptée7.

Vous n’avez pas besoin de fournir des solutions. Vous n’avez pas besoin d’avoir toutes les réponses pour être un bon parent. Il suffit de les écouter parler. Poser des questions de clarification en utilisant des mots simples les aidera à donner un sens à leurs expériences et à intégrer leurs souvenirs.

Apprenant motivé

#N°6 : Réfléchissez à votre propre enfance

Beaucoup d’entre nous veulent avoir une éducation différente de celle de leurs parents. Même ceux qui ont eu une bonne éducation et une enfance heureuse peuvent vouloir changer certains aspects de la façon dont ils ont été élevés.

Mais très souvent, lorsque nous ouvrons la bouche, nous parlons exactement comme nos propres parents.

Réflexion sur notre propre enfance est un pas vers la compréhension des raisons pour lesquelles nous élevons nos enfants comme nous le faisons. Notez les choses que vous aimeriez changer et réfléchissez à la façon dont vous agiriez différemment dans un scénario réel. Essayez d’être attentif et de changer votre comportement la prochaine fois que ces questions se présenteront.

N’abandonnez pas si vous ne réussissez pas au début. Il faut de la pratique, beaucoup de pratique pour changer consciemment ses méthodes d’éducation des enfants.

#7 : Faites attention à votre propre bien-être

Des parents se détendent au bord de la mer - prendre soin de soi, c'est être un parent sain ; de bonnes compétences parentales.

Les parents ont aussi besoin de repos.

Faites attention à votre propre bien-être.

Souvent, des choses comme vos propres besoins ou la santé de votre mariage sont mises en veilleuse à la naissance d’un enfant. Si vous n’y prêtez pas attention, ils deviendront des problèmes plus importants par la suite8. Prenez le temps de renforcer votre relation avec votre conjoint.

Les parents stressés sont plus enclins à se disputer. N’ayez pas peur de demander une aide parentale. Il est important de prendre du temps pour soi et pour gérer le stress afin de rajeunir l’esprit.

La façon dont les parents peuvent prendre soin de leur enfant physiquement et mentalement fera une grande différence dans leur vie parentale et familiale. Si ces deux domaines sont défaillants, votre enfant en souffrira également.

#8 : Ne pas donner de fessée, quoi qu’il arrive

Il ne fait aucun doute que, pour certains parents, la fessée peut apporter une conformité à court terme, ce qui est parfois un soulagement bien nécessaire pour les parents.

Cependant, cette méthode n’apprend pas à l’enfant à distinguer le bien du mal. Elle apprend seulement à l’enfant à craindre les conséquences extérieures. L’enfant est alors motivé pour éviter de se faire prendre avec un comportement inapproprié.

Donner une fessée à votre enfant, c’est lui montrer qu’il peut résoudre ses problèmes par la violence9. Un enfant qui reçoit une fessée, une gifle ou un coup est plus enclin à se battre avec d’autres enfants. Il est plus susceptible de devenir une brute et d’utiliser l’agression verbale/physique pour résoudre les conflits.

Plus tard dans la vie, ils sont également plus susceptibles de devenir des délinquants et d’avoir un comportement oppositionnel, d’avoir des relations parents-enfants plus mauvaises, d’avoir des problèmes de santé mentale et d’être victimes ou abuseurs de violence domestique10.

Il existe une variété de meilleures alternatives à la discipline qui se sont avérées plus efficaces11, comme la discipline positive (Conseil n°3 ci-dessus) et le renforcement positif.

#9 : Gardez les choses en perspective et n’oubliez pas votre objectif parental

La mère a un pot sur la tête et semble frustrée par le bébé. Le bébé a l'air confus - bon guide parental et articles sur l'art d'être parent.

Quel est votre objectif en élevant un enfant ?

Si vous êtes comme la plupart des parents, vous voulez que votre enfant réussisse à l’école, qu’il soit productif, responsable et indépendant, respectueux, qu’il entretienne des relations positives avec vous et les autres, qu’il soit attentif et compatissant et qu’il ait une vie heureuse, saine et épanouissante.

Mais combien de temps passez-vous à travailler pour atteindre ces objectifs ?

Si vous êtes comme la plupart des parents, vous passez probablement la plupart du temps à essayer de passer la journée. Comme le soulignent les auteurs, Siegel et Bryson, dans leur livre The Whole-Brain Child,

au lieu d’aider votre enfant à s’épanouir, vous passez le plus clair de votre temps à essayer de survivre !

Pour ne pas laisser le mode survie dominer votre vie, la prochaine fois que vous vous sentirez en colère ou frustré, prenez du recul. Pensez à ce que la colère et la frustration feront pour vous ou votre enfant.

Au lieu de cela, trouvez des moyens de transformer chaque expérience négative en une opportunité d’apprentissage pour eux. Même les colères épiques peuvent être transformées en moments inestimables pour la formation du cerveau si vous vous concentrez sur l’enseignement de votre enfant, et non sur la tentative de le contrôler.

Ces mesures vous aideront non seulement à garder une perspective saine, mais aussi à atteindre l’un de vos principaux objectifs en tant que parent : établir une bonne relation avec votre enfant.

#N°10 : Prenez un raccourci en utilisant les résultats des dernières recherches en psychologie et en neurosciences.

Prendre un raccourci de A à B - Cela peut être une bonne astuce parentale et un conseil parental.

Par raccourcis, je ne veux pas dire qu’il faut court-circuiter votre enfant avec des astuces. Ce que je veux dire, c’est qu’il faut profiter de ce qui est déjà connu par les scientifiques.

L’éducation des enfants est l’un des domaines les plus étudiés en psychologie. De nombreuses techniques, pratiques ou traditions parentales ont fait l’objet de recherches scientifiques, ont été vérifiées, affinées ou réfutées.

Pour obtenir les meilleurs conseils pour élever un enfant et des informations étayées par la science, voici l’un de mes livres préférés sur l’éducation des enfants, The Science of Parenting.

L’utilisation des connaissances scientifiques n’est bien sûr pas une stratégie universelle. Chaque enfant est différent. Même au sein du meilleur style parental, il peut y avoir de nombreuses pratiques parentales efficaces différentes que vous pouvez choisir en fonction du tempérament de votre enfant.

Un bon exemple est l’utilisation de la fessée pour discipliner. Il existe de nombreuses autres solutions plus efficaces, par exemple la réorientation, le raisonnement, le temps d’arrêt, etc. Vous pouvez choisir un méthode de discipline non punitive qui fonctionne le mieux pour votre enfant.

Bien sûr, vous pouvez aussi choisir d’utiliser les méthodes « traditionnelles » ou « old school »… styles parentaux (par exemple, la punition ou la fessée) et peuvent obtenir un résultat « similaire ».

La susceptibilité différentielle nous a montré que les enfants ayant des tempéraments différents réagissent différemment à la qualité de l’éducation parentale.

Ceux qui sont plus sensibles à la qualité du parentage auront de meilleurs résultats sous un bon parentage mais de moins bons résultats sous un mauvais parentage.

Ceux qui sont moins sensibles peuvent « bien tourner », quelle que soit la façon dont leurs parents les traitent. Mais cela ne signifie pas que ces pratiques sont bonnes. Ces enfants ont simplement de la chance. Ils peuvent s’épanouir malgré une mauvaise éducation parentale, pas à cause d’elle.

Pourquoi prendre le risque d’utiliser des pratiques parentales médiocres alors que vous pouvez utiliser des pratiques meilleures et bien étudiées ?

L’importance de l’éducation des enfants ne doit pas être sous-estimée. Suivre des conseils parentaux fondés sur la science n’est peut-être pas la façon la plus facile d’être parent. Cela peut exiger plus de travail de votre part à court terme, mais peut vous faire gagner beaucoup de temps et d’angoisse à long terme.

Voir aussi : Comment la mort d’un parent affecte-t-elle un enfant ?

Dernières réflexions sur l’éducation des enfants

La bonne nouvelle, c’est que même si être parent est difficile, c’est aussi très gratifiant. Le mauvais côté est que les récompenses arrivent généralement beaucoup plus tard que le dur labeur. Mais si nous faisons de notre mieux maintenant, nous finirons par en récolter les fruits et n’aurons rien à regretter.

Au plaisir d’être parent !

Résumé des 10 meilleurs conseils pour être de bons parents - infographie du lycée

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires