Connectez-vous avec nous

Life

Crises de colère – Comment faire face aux terribles crises des tout-petits (7 étapes)

Qu’est-ce qu’une crise de colère chez les tout-petits ? | Types de crises de colère | Terrible Twos | Pourquoi les enfants plus âgés ont aussi des crises de colère | Science des crises de colère | Développement de l’enfant | Comment gérer les crises de colère non émotionnelles | Les crises de colère sont-elles normales ?

Les crises de colère des tout-petits peuvent être frustrantes pour les parents, surtout si elles se produisent en public. Dans cet article, vous découvrirez la science qui se cache derrière les crises de colère des enfants de deux ans et comment faire face à ces crises. pour un meilleur développement de l’enfant pour que votre enfant ne fasse plus de crises de colère, encore et encore.

Qu’est-ce qu’une crise de colère de type Terrible-Twos ?

Une crise de colère est une tempête intense d’émotions, telles que la colère, la perte, la déception et la frustration profonde. Chez les tout-petits, vers l’âge de 2 ans, cette explosion émotionnelle peut se traduire par des pleurs, des cris, des crises de larmes, des piétinements, des coups contre les parents, des chutes, des coups de pied, des morsures, des jets d’objets, des coups sur la tête ou des périodes de rétention de la respiration1. Cette période a été affectueusement surnommée « les terribles deux ans ».

Quels sont les deux types de crises de colère des tout-petits ?

Il existe deux types de crises de colère – l’effondrement émotionnel et crises de colère non émotionnellesparfois connue sous le nom de crise du Petit Néron.

Les crises et les colères n’ont pas toujours pour but d’essayer de contrôler ou de manipuler les parents. Une crise émotionnelle se produit lorsque la partie émotionnelle du cerveau (limbique) est surexcitée et prend le contrôle de la partie pensante du cerveau (cortex préfrontal).

Les jeunes enfants (2-3 ans) ne sont pas capables de raisonner ou de manipuler. Ils ont tendance à faire des crises émotionnelles lorsqu’ils sont contrariés.

Chez les enfants plus âgés (3 ans et demi), la situation peut être mitigée. Les enfants plus âgés ne sont pas encore experts dans le contrôle des émotions. Par conséquent, ils peuvent aussi avoir des crises émotionnelles.

Parfois, si un parent a cédé à la demande de son enfant dans le passé, celui-ci apprend à associer les crises à l’obtention de ce qu’il veut. Les crises de colère du Petit Néron sont donc le résultat de cet apprentissage.

Cependant, un enfant peut commencer par une colère non émotionnelle mais finir par une crise émotionnelle lorsque les crises de colère de 2 ans deviennent incontrôlables.

Pourquoi un bambin de 2 ans fait-il des crises de colère terribles ?

Les jeunes enfants commencent généralement à avoir des crises de colère vers l’âge de deux ans. Cette période de la petite enfance est souvent appelée les Terrible Twos.

Les crises de colère des tout-petits sont un comportement naturel de l’enfant. Ces crises émotionnelles des tout-petits résultent de besoins ou de désirs non satisfaits. Elles sont plus susceptibles d’apparaître chez les tout-petits car c’est à ce moment-là qu’ils commencent à apprendre qu’ils sont séparés de leurs parents et qu’ils veulent rechercher l’indépendance, sans y parvenir.

Les bébés arrivent dans ce monde sans aucune connaissance de quoi que ce soit. Ils n’ont aucune compréhension de la façon dont les choses fonctionnent.

Leurs cerveaux sont encore en développement. Leur capacité à comprendre et à apprendre de nouvelles choses est donc très limitée. Les crises de colère des enfants sont l’un des rares outils dont ils disposent pour attirer l’attention des adultes et répondre à leurs besoins.

Un enfant qui pique une colère n’est pas un enfant gâté.

Leur vie peut sembler tranquille. Bien sûr, j’aimerais avoir 13 heures de sommeil chaque nuit, jouer sans travailler, avoir tous les repas préparés et prendre un bain pendant que je joue avec un canard en caoutchouc. (ok, peut-être pas la partie bain).

Mais les tout-petits peuvent parfois traverser des bouleversements intérieurs infernaux sans que nous le sachions.

Les enfants de deux ans sont des bambins. Ils viennent d’apprendre à marcher. Ils veulent explorer le monde, aller partout et toucher à tout. Ils viennent de découvrir comment utiliser des outils, mais leur motricité n’est pas assez fine pour obtenir les résultats qu’ils souhaitent.

Ils se tournent vers leurs parents pour sécurité (explorer quelque chose qu’ils n’ont jamais vu auparavant est effrayant), confort (Je suis tellement triste de ne pas avoir pu soulever ce tabouret), aide (un peu d’aide pour trouver cette paire de ciseaux, s’il vous plaît ?), et partager la joie (regarde, debout sur la chaise haute, sans les mains !).

Mais au lieu de recevoir des félicitations, tout ce qu’ils obtiennent, ce sont des parents qui leur crient « non », « stop » et « mauvais » sans raison. POURQUOI ? Vous ne seriez pas contrarié, vous aussi ?

Pour aggraver les choses, lorsque les tout-petits sont bouleversés, ils ressentent des émotions fortes qu’ils n’ont pas encore appris à maîtriser.

Les bébés naissent avec un système de réponse au stress relativement mature (pleurs) pour des raisons de survie, mais ils ne naissent pas avec des capacités de régulation émotionnelle.

Le manque de vocabulaire pour s’exprimer ajoute également à leur colère et à leur frustration.

Les crises de colère deviennent alors leurs exutoires et leurs mots.

Lorsque les enfants font des crises de colère et n’arrêtent pas de pleurer, ils nous disent qu’ils sont dans une situation très difficile. douleur émotionnelle et ils ne peuvent pas s’en sortir seuls.

En d’autres termes, ils ont besoin de notre aide.

Pourquoi certains enfants plus âgés ont-ils aussi des crises de colère de type « Terrible Twos » ?

Le terme « Terrible Twos » désigne le fait que la plupart des enfants commencent à avoir des crises de colère à l’âge de deux ans.

Mais comme la plupart des étapes du développement, chaque enfant atteint ce stade à un rythme différent. Un bébé peut commencer à avoir des crises de colère à 18 mois alors qu’un autre enfant peut commencer à 3 ans.

Les crises de colère sont courantes chez les enfants âgés de 18 mois à 4 ans2. Par conséquent, ces crises de colère peuvent durer au-delà de la deuxième année de vie de l’enfant.

Il n’est pas rare qu’un enfant de 4 ans ait lui aussi des crises de colère, surtout si on ne lui a pas enseigné les techniques de régulation émotionnelle appropriées.

La psychologue clinique Rebecca Schrag Hershberg est une mère dont l'enfant de 3 ans hurle et pique des crises de colère.

Ce qui se passe à l’intérieur du bambin – La science des crises de colère

Lorsqu’un tout-petit est submergé par un stress tel que la colère, une petite alarme (amygdale) à l’intérieur de son cerveau émotionnel (alias cerveau limbique ou inférieur) se déclenche.

Lorsque cela se produit, des hormones de stress sont libérées pour parcourir le corps du tout-petit et les émotions de l’enfant deviennent intenses.

Cette tempête hormonale provoque de l’angoisse et une douleur émotionnelle qui se transforme en douleur physique.

Pour contrôler les émotions fortes, un enfant doit d’abord développer la partie pensante de son cerveau (cortex préfrontal), puis les connexions entre le cerveau pensant et le cerveau émotionnel.

Cependant, le cerveau pensant est la dernière partie du cerveau à se développer et il n’arrive pas complètement à maturité avant le milieu de la vingtaine. C’est pourquoi même les enfants plus âgés peuvent avoir des difficultés à contrôler leurs émotions.

Les crises de colère des tout-petits et le développement de l’enfant

À la naissance, les bébés possèdent des milliards de cellules cérébrales (neurones) mais peu de connexions entre les cellules cérébrales (synapses).

Le réseau de connexions se forme au fil des expériences de la vie3.

Les crises de colère font partie des expériences de vie les plus cruciales pour la formation du cerveau4.

La capacité de réguler les émotions pendant les crises de colère permet aux cellules du cerveau de se connecter correctement.

Ces voies neuronales sont essentielles pour que l’enfant puisse gérer le stress et s’affirmer plus tard dans la vie5.

Si un enfant n’a pas l’occasion d’apprendre ces compétences de régulation, par exemple, si les crises de colère sont accueillies par de la colère ou des punitions, l’enfant peut grandir en étant incapable de bien gérer le stress ou de s’affirmer.

L’enfant peut également être aux prises avec des problèmes d’intériorisation (p. ex. dépression, trouble anxieux) ou d’extériorisation (p. ex. comportement agressif, trouble oppositionnel avec provocation, abus de drogues ou d’alcool).

La dysrégulation des émotions peut également affecter les compétences sociales futures ainsi que les résultats scolaires6,7.

Mais si elles sont gérées avec soin, les crises de colère peuvent devenir une leçon de vie inestimable sur la régulation des émotions, dont il a été démontré qu’elle est liée à la résilience des enfants, à la compétence sociale, à la réussite scolaire et même à la popularité8.

N’oubliez donc pas que les crises de colère sont non seulement une partie normale du développement de l’enfant, mais que elles sont en fait souhaitables pour aider au développement émotionnel des tout-petits..

Les crises de colère sont souhaitables ?

Oui, vous avez bien lu.

Gérer une crise de colère des tout-petits ne consiste pas à l’arrêter. Il s’agit d’aider le bambin à calmer ses émotions.

Aider les tout-petits à réguler leurs émotions pendant les crises de colère est l’une des tâches parentales les plus importantes au cours du développement de l’enfant.9-11.

Pour plus d’aide pour calmer les crises de colère, consultez ce guide étape par étape.

Calmez les colères ebook

Mère traitant les crises de colère de son enfant de trois ans pour essayer d'empêcher le bambin d'avoir une crise de colère de crier quand il est en colère.

Comment gérer les crises de colère d’un enfant de 2 ans – 7 étapes éprouvées

Pour faire face aux colères des tout-petits, voici 7 étapes selon la science :

  1. Utilisez des choix simples ou des distractions pour éviter les crises de colère des tout-petits.
    Lorsqu’une crise de colère commence à se former, les parents peuvent parfois l’apaiser rapidement en s’attaquant au problème en question.

    Par exemple, si un enfant ne veut pas dîner, au lieu de le forcer à manger, ce qui entraînera davantage d’émotions, le parent peut lui demander de choisir de manger d’abord la viande ou les légumes.

    Lorsque des questions avec des choix simples sont présentées, le cerveau de l’enfant est activé.

    En accédant au cerveau supérieur de l’enfant, les parents peuvent l’aider à garder le contrôle avant que le cerveau émotionnel ne prenne le dessus12,13.

    La distraction douce est un autre moyen d’exciter le cerveau logique.

    Des distractions comme le fait de laisser le tout-petit avoir un autre jouet (mais pas celui qu’il voulait à l’origine) ou de lui chanter une chanson idiote peuvent détourner la courte durée d’attention de l’enfant et éveiller sa curiosité.

    La curiosité pique l’intérêt du cerveau logique et déclenche la libération d’une substance chimique bénéfique (la dopamine) dans le cerveau.

    Cette hormone peut réduire le stress et augmenter son intérêt pour l’objet ou l’événement nouvellement présenté.

    En posant des questions simples, en faisant diversion ou en utilisant d’autres moyens acceptables pour faire appel à l’esprit critique de votre enfant avant que ses émotions ne s’intensifient au point de lui faire perdre le contrôle, vous pouvez mettre fin à une crise de colère avant qu’elle ne commence.

  2. Ne raisonnez pas parce qu’ils ne peuvent pas entendre
    Une fois que la crise de colère a commencé, le jeune enfant est inondé d’émotions. Le cerveau émotionnel a pris le contrôle, et vous ne pouvez pas atteindre son cerveau pensant et ses fonctions verbales.

    Ainsi, lorsqu’une crise de colère bat son plein, essayer de la raisonner ou de l’interroger sur ses sentiments est une perte de temps. Vous risquez de la contrarier et d’éveiller encore plus ses émotions.

  3. Rétablir l’équilibre émotionnel et apprendre à s’autoréguler
    Les parents peuvent aider à rétablir l’équilibre hormonal dans le corps d’un enfant en le tenant ou en le prenant dans leurs bras.

    Le fait de le tenir ou de le prendre dans ses bras peut activer le système d’apaisement de son corps et déclencher une autre substance chimique bénéfique (l’ocytocine) qui peut réguler ses émotions.

    Assurez-vous de rester vous-même calme avant de faire cela. Sinon, si votre propre système n’est pas calme, vous risquez de le rendre plus stressé.

    Parfois, des mots positifs ou de simples remerciements tels que « je sais », « tu dois être très contrarié » ou « je suis vraiment désolé que tu sois blessé » suffisent pour que votre enfant se sente en sécurité et compris.

    L’empathie et l’écoute des parents à l’égard des sentiments de l’enfant peuvent non seulement apaiser l’émotion de l’enfant, mais aussi aider à construire ces importantes voies entre les cerveaux logique et émotionnel.

    Il est important d’aider l’enfant à apprendre à réguler ses émotions.

    Pratiquer régulièrement des respirations profondes peut également aider un enfant à prêter attention à ses propres émotions.

  4. Restez calme, soyez positif mais ne cédez pas.
    N’importe quel parent peut vous dire que les tout-petits imitent ce que font les adultes.

    Cela inclut le contrôle des émotions par les adultes.

    Si vous vous mettez en colère et commencez à crier sur le petit enfant lorsqu’il pique une colère, vous lui montrez comment il doit réagir lorsque les choses ne vont pas comme il le souhaite.

    Mais si vous restez calme, vous lui apprenez à faire face aux difficultés et aux situations perturbantes sans perdre le contrôle de ses émotions.

    Une autre raison pour laquelle vous devez rester calme et positif est que les émotions, surtout les négatives, sont contagieuses.

    Être en colère ou montrer des émotions négatives ne fera qu’augmenter le stress de votre enfant.

    Cependant, être positif ne signifie pas céder. Vous pouvez reconnaître positivement leur frustration tout en gardant vos limites.

    Vous pouvez dire :  » Je vois que vous êtes très en colère et frustré. Je suis désolé. Mais tu ne peux pas avoir de bonbons juste avant le dîner » avec gentillesse et fermeté.

    Céder de temps en temps est particulièrement mauvais, car le renforcement intermittent encourage le comportement du bambin que vous essayez d’arrêter comme aucun autre. Au lieu d’apprendre à votre enfant qu’il ne s’agit que d’une exception ponctuelle, vous lui apprenez que s’il est suffisamment persistant, vous finirez par céder.

  5. Ne punissez pas. Le temps mort est un dernier recours
    Disons que vous souffrez d’une douleur intense.

    Elle est telle que vous vous écroulez sur le sol et vous vous tordez.

    Voulez-vous que vos proches vous punissent, s’éloignent de vous ou vous enferment seuls dans une pièce ?

    Parfois, les crises de colère peuvent commencer comme un moyen d’obtenir quelque chose que l’enfant désire.

    Mais si elles ne sont pas traitées, elles peuvent dégénérer en une forte tempête hormonale qu’un jeune enfant n’est pas en mesure de gérer seul.

    Lorsque cela se produit, cela devient un véritable cas d’angoisse et de douleur incontrôlable.

    Une punition, un temps mort ou un isolement ne font qu’ajouter à cette douleur.

    Les scanners cérébraux montrent que la douleur de l’isolement social active la même région neuronale que la douleur physique14.

    Réfléchissez à ceci : si vous souffrez d’une douleur émotionnelle intense, le fait de vous infliger une douleur physique vous aidera-t-il à vous sentir mieux ?

    Non, ça ne le fera pas. Vous aurez l’impression d’ajouter l’insulte à la blessure.

    C’est la même chose avec votre enfant.

    De plus, cela apprendra à votre enfant qu’il ne peut pas vous faire confiance pour l’aider ou comprendre son chagrin lorsqu’il souffre et a besoin de vous.

    Si un enfant apprend très tôt que l’expression de ses grands sentiments entraînera la colère ou la punition de ses parents, il risque de se contenter d’être docile ou de se montrer provocateur.

    Dans tous les cas, cela signifie que l’enfant n’aura pas la possibilité de former les connexions cérébrales appropriées pour gérer les émotions fortes.

    Lorsqu’il est confronté à des frustrations plus tard dans sa vie, il peut avoir du mal à s’affirmer ou avoir des accès de colère.

    Parfois, si un jeune enfant en détresse est confronté à une réaction négative ou à une absence de réaction de la part de ses parents, il peut cesser de pleurer.

    Mais cela ne signifie pas qu’il n’est plus en détresse.

    Des études ont montré que les jeunes enfants en détresse peuvent avoir un niveau élevé d’hormones de stress dans leur corps, même s’ils semblent calmes.

    Dans certains cas, cette dissociation entre les réponses comportementales et physiologiques peut entraîner des problèmes de santé émotionnelle ou mentale plus tard dans la vie.

    Le temps mort ne doit être utilisé qu’en dernier recours.

    Elle ne doit être utilisée que lorsqu’il existe un endroit sûr, que l’enfant a blessé quelqu’un intentionnellement, par exemple en le mordant ou en le frappant, et qu’il n’est pas déjà submergé par ses émotions.

    Et elle doit être utilisée de manière non punitive, avec gentillesse et fermeté (voir parentalité positive).

  6. Enseignez le vocabulaire et les compétences linguistiques pour qu’ils puissent s’exprimer correctement.
    Lorsque la poussière est retombée, lorsque votre enfant s’est complètement détendu de son état émotionnel intense, vous pouvez revoir ce qui s’est passé avec lui.

    Apprenez-lui ce qu’elle peut dire la prochaine fois qu’elle veut quelque chose.

    Apprenez-lui à communiquer. Apprenez à votre enfant à utiliser des mots, au lieu de lancer des objets, pour exprimer ses émotions.

    Raconter ce qui s’est passé peut également l’aider à créer ces connexions neuronales importantes pour gérer les situations émotionnelles à l’avenir13,15.

    Vous pouvez même lui dire ce que vous ressentez lorsqu’elle pique une colère.

    Cela lui dit que c’est normal d’avoir des sentiments et que les sentiments peuvent être contrôlés.

    Vous lui apprenez également comment ses actions peuvent affecter les autres et ce qu’est l’empathie.

  7. Prévenir les crises de colère avant qu’elles ne se produisent
    Il y a des choses que les parents peuvent faire pour prévenir les crises de colère.

    Cherchez HALTE:
    H – Faim
    A – Colère
    L – Solitaire
    T – Fatigue

    Les enfants sont plus enclins à faire des crises lorsqu’ils ont faim ou sont fatigués.

    Lorsque ces facteurs physiques sont présents, il suffit d’un déclencheur pour que les choses se mettent en place.

    Il faut donc établir une routine quotidienne de sommeil-mange-repos pour éviter ces pièges à crises.

    L’ennui, le stress, la colère, la frustration ou la déception sont également des déclencheurs courants de crises de colère.

    Prévenez les crises de colère dès le début.

    Si vous savez que votre enfant sera contrarié s’il n’obtient pas quelque chose, proposez-lui des alternatives ou des distractions à l’avance.

    Il est beaucoup plus facile d’accéder à leur pensée logique pour prévenir les crises de colère que de les éteindre une fois qu’elles ont commencé.

L'enfant est allongé sur le sol et fait une crise. Utilisation du fonctionnement d'une voiture comme analogie pour comprendre les crises de colère des enfants d'un an, de deux ans et de 18 mois.

Les crises de colère d’un petit Néron (crises de colère non émotionnelles)

Un enfant d'un an pleure de façon dévastatrice en faisant des crises de colère, un autre enfant de 4 ans est en colère, ce qui montre la différence entre les crises émotionnelles et les crises de colère.

Il y a des moments où un tout-petit se comporte comme un petit Néron.

Il veut quelque chose et n’arrête pas de crier et de donner des coups jusqu’à ce qu’il l’obtienne.

Quand un enfant est dans ce mode de lutte pour le pouvoir, il n’est pas inondé d’hormones et d’émotions intenses.

Vous pouvez le dire par le manque d’expressions douloureuses sur son visage et son corps.

Avec ce type de crises de colère, la plupart des parents savent qu’ils ne peuvent pas céder, sinon ils apprendraient à leurs enfants à faire des crises de colère pour obtenir ce qu’ils veulent.

Certaines personnes préconisent d’ignorer l’enfant.

Mais pensez-y.

Comment te sentirais-tu si tu étais contrarié mais que personne ne faisait attention à toi ?

Tu te sens plus contrarié !

Pour un enfant, c’est comme ajouter de l’huile sur le feu.

Si elle est assez grande pour raisonner, elle peut comprendre que ça ne marche pas et arrêter sa colère.

Mais si elle est trop jeune ou trop bouleversée pour le faire, cela peut la pousser droit dans une tempête émotionnelle.

Au lieu d’ignorer, reconnaître ses désirs et refléter son émotion peut être tout ce qu’il faut pour qu’il se calme et soit réceptif aux limites imposées.

Voici un exemple.

Si votre enfant crie : « Je veux ça ! ».

Vous pouvez refléter son expression et lui crier doucement : « Je sais que tu le veux vraiment. Tu le veux vraiment, vraiment ! »

Ce que vous faites ici, c’est vous mettre à l’écoute de ses sentiments.

La syntonisation émotionnelle dit à votre enfant que vous le comprenez, que vous comprenez qu’il est bouleversé.

Lorsque votre enfant se sent compris, vous aurez son attention et la pensée rationnelle qui l’accompagne.

C’est la moitié de la bataille gagnée.

L’autre moitié est de lui faire savoir calmement la raison, par exemple : « Mais je suis désolé. Tu ne peux pas manger de glace avant le dîner. »

Une fillette de 18 mois fait une crise émotionnelle en se couvrant le visage.

Pour plus d’aide pour calmer les crises de colère, consultez ce guide étape par étape.

Calmez les colères ebook

Les crises de colère sont-elles un comportement normal ?

Les crises de colère des bébés et des jeunes enfants sont très courantes.2.

Ce sont les problèmes de comportement infantile les plus courants signalés par les parents.

Une étude menée par l’Université du Wisconsin sur 1219 familles a montré que 87% des enfants de 18 à 24 mois avaient fait des crises de colère.

A 30-36 mois, 91% l’avaient fait.

La prévalence a ensuite diminué à 59% à 42-48 mois.

Donc, vous n’êtes pas seul.

Votre enfant n’est pas mauvais.

Vous n’êtes pas un mauvais parent.

Pourquoi mon enfant semble-t-il plus difficile que les autres ?

Pourquoi seuls certains enfants en bas âge font des crises de colère ?

Il est possible que votre enfant ait des traits de tempérament innés qui entrent dans la catégorie des enfants difficiles. Parfois, ces enfants sont étiquetés comme ayant une forte volonté.

Mais ce n’est pas la faute de l’enfant s’il est né avec un tel tempérament.

Ce qui fonctionne bien pour les enfants faciles peut ne pas fonctionner pour les enfants difficiles.

Par exemple, des choix simples et des distractions peuvent ne pas suffire à activer le cerveau logique de ces enfants. Vous devez faire davantage d’efforts pour rétablir l’équilibre émotionnel de votre enfant et passer plus de temps à lui apprendre à exprimer ses sentiments avec des mots.

Avec de la patience et de la persévérance, même les enfants difficiles peuvent apprendre à intégrer leurs cerveaux logique et émotionnel et cesser d’utiliser les crises de colère comme exutoire.

Pied et citation d'un bébé d'un an "Contrôler une crise de colère nécessite un muscle émotionnel fort construit par la pratique." pour expliquer comment gérer les crises de colère

Quand les crises de colère commencent-elles ?

Les crises de colère des tout-petits commencent généralement à l’âge de 12 à 18 mois, lorsque les tout-petits commencent à être mobiles mais ne possèdent pas encore les compétences linguistiques nécessaires pour exprimer leurs besoins. Les crises de colère de 19 mois et de 20 mois sont également très fréquentes.

A quel âge un enfant doit-il cesser de faire des crises de colère ?

La plupart des crises de colère de type terrible-twos cessent vers l’âge de 4 ans si l’enfant a développé des capacités de régulation émotionnelle. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les enfants. Même les adultes peuvent avoir des crises de colère ou des épisodes explosifs s’ils n’ont pas appris à gérer leurs émotions lorsqu’ils étaient enfants.

Que dois-je faire si les crises de colère de mon enfant de 3 ans s’aggravent ?

Les crises de colère d’un enfant de 3 ans peuvent s’aggraver si l’enfant n’a pas acquis les compétences de régulation émotionnelle appropriées, s’il a appris à utiliser les crises de colère des tout-petits toute la journée pour obtenir ce qu’il veut, ou si l’enfant a les deux.

Il existe plusieurs possibilités pour que certains enfants ne puissent pas acquérir les compétences de régulation émotionnelle appropriées.

L’absence d’un environnement ou d’un modèle positif est une cause fréquente. La régulation émotionnelle n’est pas une compétence acquise à la naissance. Les êtres humains ne peuvent pas apprendre à « s’apaiser » simplement en étant laissés seuls pendant les crises de colère des tout-petits pour pleurer. Il est essentiel que les parents suivent les stratégies décrites ci-dessus pour apprendre aux enfants à réguler leurs émotions.

Une autre cause pourrait être que l’enfant a un système nerveux plus réactif et plus difficile à calmer, comme certains enfants atteints de TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité) ou les enfants autistes. Si vous soupçonnez que votre enfant présente des conditions particulières, consultez le pédiatre pour vous assurer d’obtenir les informations et l’aide appropriées.

Les parents doivent également fixer des limites de manière cohérente pour éviter que les crises de colère d’un enfant de 3 ans ne s’aggravent.

Être parent est un travail difficile. Parfois, nous sommes tentés de céder « juste cette fois-ci » pour pouvoir continuer à vivre. Résistez à cette tentation, car votre enfant associera les colères à l’obtention de ce qu’il veut, ce qui entraînera d’autres colères par la suite.

Un père essaie de calmer les pleurs d'un enfant de 18 ou 21 mois qui fait une crise de colère.

Comment arrêter la crise de colère d’un enfant en public ?

Arrêter les crises de colère d’un enfant en public, comme à l’épicerie ou au magasin de jouets, ne nécessite pas un traitement spécial différent des stratégies ci-dessus. L’objectif de la gestion des crises de colère des tout-petits est d’aider les enfants à développer des compétences de régulation émotionnelle. Pour ce faire, nous devons être de bons modèles en matière de régulation. Nous devons leur montrer que nous pouvons nous concentrer sur leur aide plutôt que de nous sentir gênés par eux.

Lorsque nous savons que nous faisons ce qu’il y a de mieux pour le développement de nos enfants, il n’y a vraiment rien dont nous devrions être gênés. Si l’agitation dérange les autres, je déplacerai l’enfant dans un autre endroit et je continuerai à l’aider à se calmer. Si quelqu’un fait des commentaires critiques, je souris généralement et je continue à faire ce que je sais être le mieux pour mon enfant.

Ignorer les crises de colère des tout-petits est-il une bonne stratégie ?

Lorsque les enfants ont des crises de colère réelles et non émotionnelles pour obtenir ce qu’ils veulent, les ignorer peut être une bonne réponse.

Cependant, il est difficile pour la plupart des parents de déterminer objectivement si un enfant fait une crise de colère non émotionnelle ou émotionnelle.

De nombreux parents surmenés et épuisés sont dépassés par leurs propres émotions lorsqu’ils sont confrontés aux crises de leurs enfants. Ces émotions affectent souvent notre jugement et nous donnent l’impression d’être manipulés, même lorsque l’enfant ne manipule pas. Il faut être un parent très calme et lucide pour décider si l’enfant fait vraiment une crise du Petit Néron.

De plus, ignorer enseigne seulement que le comportement de l’enfant est indésirable. Elle n’enseigne pas ce que l’enfant devrait faire.

Par conséquent, ignorer les crises de colère des tout-petits a son temps et sa place, mais ne devrait pas être la méthode à privilégier.

Les crises de colère des tout-petits toute la journée : Quand faut-il s’inquiéter ?

L’American Academy of Pediatrics recommande d’appeler votre pédiatre ou votre médecin de famille si16 :

  • Les crises de colère s’aggravent après l’âge de 4 ans
  • Votre enfant se blesse ou blesse les autres, ou détruit des biens pendant ses crises de colère.
  • Votre enfant retient sa respiration pendant une crise de colère, surtout s’il s’évanouit.
  • Votre enfant fait également des cauchemars, n’apprend plus à aller aux toilettes, a des maux de tête ou d’estomac, est anxieux, refuse de manger ou d’aller au lit, ou s’accroche à vous.

Plus d’aide sur les crises de colère des tout-petits

Si vous recherchez des conseils supplémentaires et un plan étape par étape, notre programme « Calmez les colères » est un excellent point de départ.

Il vous donne les étapes nécessaires pour calmer les crises de colère des tout-petits, leur apprendre l’autorégulation et favoriser le développement de leur cerveau.

Dans ce guide sur les crises de colère des tout-petits, vous trouverez les trois principales façons d’éviter les crises, les stratégies permettant aux parents de rester calmes et la meilleure façon de gérer les coups.

Une fois que vous connaîtrez les stratégies pour calmer les crises de colère, les « terribles deux » ne seront plus terribles.

résumé de la science des crises de colère des tout-petits dans cet article

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires