Connectez-vous avec nous

Life

La régulation des émotions chez l’enfant : un guide complet

La régulation des émotions n’est pas une compétence acquise à la naissance. L’humeur des tout-petits peut osciller comme un pendule. Aider nos enfants à autoréguler une large gamme d’émotions est l’une des tâches les plus importantes des parents.

Cet article examine comment l’autorégulation émotionnelle se développe et comment nous pouvons aider nos enfants à acquérir cette compétence cruciale.

Qu’est-ce que la régulation émotionnelle ?

La régulation ou l’autorégulation des émotions est la capacité de contrôler et de moduler les émotions que l’on ressent, le moment où on les ressent et la façon dont on les vit et les exprime.

L’apprentissage de l’autorégulation est une étape clé du développement de l’enfant, dont les bases sont posées dès les premières années de la vie.

La capacité d’un enfant à réguler son état émotionnel et ses réactions affecte sa famille, ses pairs, ses résultats scolaires, sa santé mentale à long terme et sa capacité à s’épanouir dans un monde complexe.

Relations avec la famille et les pairs

Un enfant qui a de mauvaises capacités de régulation des émotions pique constamment des crises de colère et met à mal la relation parent-enfant. Cela peut avoir un impact sur le climat de toute la maisonnée, y compris sur les frères et sœurs ou sur tout l’entourage, et entraîner une spirale négative.

De même pour les amitiés, les enfants qui n’ont pas la capacité de contrôler leurs grands sentiments ont moins de compétences sociales. Ils ont plus de mal à se faire des amis ou à les garder. L’incapacité à réguler ses émotions peut entraîner des comportements tels que la colère, le repli sur soi, l’anxiété ou l’agressivité.

Tout cela peut faire boule de neige et entraîner d’autres conséquences négatives : Les enfants qui sont rejetés par leurs pairs présentent un risque accru de décrochage scolaire, de délinquance, de toxicomanie et de problèmes de comportement antisocial1. Ceux qui sont repliés sur eux-mêmes et rejetés par leurs pairs sont également plus susceptibles d’être victimes d’intimidation2.

Performance et succès

En revanche, une bonne régulation émotionnelle chez les enfants a non seulement un impact positif sur les relations, mais elle constitue également un facteur prédictif important de la réussite et du succès scolaires3. Une gestion efficace des émotions permet à un élève de se concentrer sur ses performances pendant les tests et les examens, plutôt que d’être gêné par l’anxiété.

Les élèves capables de s’autoréguler ont également de meilleures capacités d’attention et de résolution de problèmes, et ils obtiennent de meilleurs résultats dans les tâches impliquant une gratification différée, l’inhibition et des objectifs à long terme.

Cet effet se poursuit tout au long de la vie. Un adulte qui ne parvient pas à maîtriser la régulation émotionnelle éprouve moins de satisfaction au travail, de santé mentale ou de bien-être général4.

Résilience et santé mentale

Parallèlement, les enfants qui ont appris à réguler leurs émotions peuvent également mieux gérer et rebondir après un traumatisme ou un événement indésirable : Ils ont une plus grande tolérance à la frustration et une plus grande résilience.

De nombreux troubles cliniques chez les enfants sont étroitement liés à la régulation émotionnelle ou, plutôt, à son absence. Par exemple, la dysrégulation émotionnelle est liée à des troubles du comportement tels que le trouble oppositionnel avec provocation, et peut exposer un enfant à un risque important de développer des troubles émotionnels tels que des troubles anxieux, des troubles de l’alimentation et une dépression clinique5 . L’enfant est également plus susceptible de développer une psychopathologie future6.

Compte tenu de tout cela, il n’est pas surprenant que les experts considèrent que les compétences de régulation des émotions ou d’autorégulation sont essentielles à développer chez les enfants. Jetez un coup d’œil à cette vidéo du Center on the Developing Child de l’Université de Harvard.

L'autorégulation émotionnelle chez les enfants Vidéo de Harvard

Comment se développe la régulation émotionnelle chez l’enfant

Alors, comment les enfants développent-ils ces compétences d’une importance capitale ? Et comment pouvons-nous, en tant que parents, les aider ?

Pour répondre à ces questions, commençons par examiner ce que signifie la régulation émotionnelle.

Note : Pour s’autoréguler, nous devons remarquer, surveiller et reconnaître les différents sentiments – et les adapter de manière appropriée à chaque situation. Cela ne signifie pas toujours diminuer les sentiments négatifs et augmenter les sentiments positifs. Supprimer purement et simplement les sentiments négatifs et se forcer à ne pas les exprimer n’est pas un bon processus d’autorégulation.

Certains enfants ont-ils plus de facilité à apprendre la régulation émotionnelle que d’autres ?

Si vous avez l’impression que certains enfants ont plus de mal à apprendre à réguler leurs émotions, alors que d’autres y parviennent naturellement, vous ne vous faites pas d’illusions. Des chercheurs ont découvert que le tempérament de certains bébés est inné et plus apte à s’autoréguler que d’autres7.

Mais si la génétique est importante, l’environnement dans lequel un enfant grandit l’est tout autant, sinon plus. La capacité d’autorégulation n’est pas figée : Tous les enfants peuvent apprendre à gérer leurs sentiments, s’ils bénéficient d’un environnement approprié.

Une étude menée dans un orphelinat roumain illustre l’importance de l’environnement. Dans cette étude, certains orphelins ont été assignés au hasard à des foyers d’accueil offrant des soins de haute qualité, tandis que d’autres sont restés dans l’orphelinat. Les enfants adoptés ont montré une amélioration significative de la régulation émotionnelle par rapport à ceux qui sont restés8.

Caricature d'un enfant avec un cerveau sur lequel travaillent des ouvriers du bâtiment - Intelligence émotionnelle

L’importance des expériences de vie de l’enfance dans l’apprentissage des compétences d’autorégulation

Lorsque les bébés naissent, leur cerveau n’est pas encore bien développé. On peut penser que leur cerveau se développe un peu comme la construction d’une maison.

Le plan architectural peut donner à la maison sa forme, mais le résultat sera très différent si la maison est faite de paille, de bois ou de briques. De même, la génétique détermine un plan de base pour le développement du cerveau d’un enfant, mais ses expériences de vie, tout comme les matériaux de construction de la maison, peuvent influencer profondément le résultat9,10.

Et tout comme il est plus facile d’influer sur la maison pendant la phase de construction que de la modifier plus tard, le cerveau humain peut acquérir certaines compétences mieux ou plus facilement à certaines périodes de la vie. Ces périodes optimales sont appelées périodes sensibles ou périodes critiques.

Une fois la période sensible d’apprentissage d’une compétence passée, on observe un déclin progressif de la capacité à devenir compétent. Il est toujours possible d’acquérir la nouvelle compétence, mais cela prendra plus de temps ou la personne aura moins de chances de devenir vraiment compétente.

Par exemple, des études montrent que la période sensible pour apprendre une seconde langue et devenir vraiment bilingue se situe généralement avant la puberté11.

Dans l’expérience de l’orphelinat roumain, les orphelins qui ont été adoptés par des familles d’accueil avant l’âge de deux ans ont développé des compétences de régulation émotionnelle comparables à celles des enfants qui n’ont jamais été placés en institution. On pense donc que la période sensible de l’autorégulation émotionnelle se situe avant l’âge de deux ans. On ne saurait trop insister sur l’importance des expériences de vie de la petite enfance, comme le prouve la science.

Cependant, cela ne signifie pas qu’une fois que les enfants ont dépassé cet âge, ils ont raté l’occasion d’apprendre l’autorégulation. Cela signifie seulement que cet apprentissage sera plus difficile et demandera plus de temps et de patience. Il est donc préférable de bien faire les choses du premier coup lorsque les enfants sont jeunes que de les réparer plus tard.

Si votre enfant est plus âgé, ne désespérez pas. Il n’est jamais trop tard pour commencer à aider les enfants à apprendre à s’autoréguler. Ce dont vous avez besoin, c’est de commencer maintenant – le plus tôt sera le mieux.

D’autre part, cela ne signifie pas non plus que le processus d’apprentissage de l’autorégulation est terminé à l’âge de deux ans, loin de là. Le cerveau d’un enfant ne finit pas de se développer avant la mi-vingtaine.

Diagramme de la division sympathique et de la division parasympathique.

Le rôle des parents dans l’acquisition par les enfants de compétences en matière de régulation des émotions

Notre cerveau régule par le biais de deux parties de notre système nerveux.

Premièrement, il y a un système d’urgence ou de réponse rapide – « l’accélérateur ». Son rôle principal est d’activer la réaction de combat ou de fuite du corps.

Pensez-y comme à la pédale d’accélérateur d’une voiture. Lorsqu’il est activé, ce système permet à notre corps de se déplacer rapidement en accélérant notre rythme cardiaque, en interrompant la digestion et en augmentant le taux de sucre dans le sang pour obtenir une énergie rapide.

Lorsqu’un bébé ou un enfant est très agité, ce système fonctionne à plein régime et les émotions sont à « haute vitesse ». Cette réaction est parfois appelée cerveau émotionnel (ou cerveau en bas) prenant le contrôle.

Deuxièmement, il existe une partie du cerveau qui calme ou amortit – le « frein ». Ce système est plus lent à s’activer, mais lorsqu’il le fait, il ralentit notre rythme cardiaque, augmente la digestion et conserve l’énergie.

Cette partie calmante de notre système nerveux peut contrer l’effet de « haute vitesse » créé par le système de combat ou de fuite, et elle est cruciale pour contrôler nos fonctions corporelles et notre bien-être émotionnel. Ce système d’apaisement est régulé par le cerveau cognitif (ou cerveau en haut).

Lorsque ces systèmes agissent en équilibre, notre corps fonctionne correctement et nous maîtrisons nos émotions. Mais lorsque les systèmes sont déséquilibrés, nous devons faire appel à nos techniques d’autorégulation pour les ramener à un état sain.

Puisque la réaction de combat ou de fuite est essentielle à la survie de l’être humain, ce n’est pas une coïncidence si l' »accélérateur » se développe avant la naissance. Tous les parents savent que les nouveau-nés sont parfaitement capables de s’énerver suffisamment pour alerter les parents de leurs besoins, ou d’un danger perçu, en pleurant.

Le système de « freins », cependant, n’est pas aussi bien développé à la naissance. Les nourrissons disposent de certaines capacités d’autorégulation limitées, comme la succion du pouce, l’évitement visuel et le retrait. Mais ils ne peuvent se calmer eux-mêmes que jusqu’à un certain point, surtout s’ils sont extrêmement énervés ou si ce qui les contrarie ne s’arrête pas.

Pour aggraver les choses, l' »accélérateur » peut déclencher la libération d’une hormone de stress pour supprimer le « frein ».

Lorsque les bébés pleurent de manière incontrôlée, ils conduisent une voiture en fuite émotionnelle sans frein ! C’est à nous, les parents, de les aider à réguler leurs émotions.. Leur système nerveux n’est pas encore en mesure d’assumer seul cette tâche.

Comment aider un enfant à réguler ses émotions

Si de nombreux facteurs, dont les enseignants, l’école, le voisinage, les pairs, la culture et la génétique, peuvent influencer la capacité d’un enfant à réguler ses émotions, les parents et la famille jouent un rôle central.

Examinons les principaux facteurs suivants qui influencent la capacité des enfants à autoréguler leurs émotions.

Le bébé monte sur l'épaule de son père - Autorégulation émotionnelle et développement personnel
Apprentissage auto-motivé

1. Les parents modélisent les compétences de régulation des émotions

La modélisation est reconnue depuis longtemps comme un mécanisme crucial d’apprentissage pour les enfants. Les enfants observent les moindres gestes de leurs parents, intériorisent et imitent leurs comportements.

La capacité de leurs parents à pratiquer l’autorégulation est l’un des premiers modèles liés aux émotions que les enfants voient. Les enfants apprennent la réaction « correcte » dans différentes situations. Ils observent comment les parents contrôlent et luttent contre les émotions et les impulsions intenses12.

Les recherches montrent que les enfants de parents qui luttent contre la régulation émotionnelle sont plus susceptibles de finir par avoir une dysrégulation13.

Si un parent est réactif, crie ou hurle dès que quelque chose ne va pas, l’enfant apprend à être réactif et à mal se comporter lorsque les choses ne vont pas comme il le souhaite. Si un parent est calme et réfléchit de manière critique pour résoudre les problèmes, l’enfant est plus susceptible de rester calme et de chercher des solutions au lieu de blâmer. Plus l’enfant est jeune, plus cet effet d’imitation est fort14.

Outre l’observation active, les enfants apprennent également par contagion émotionnelle – lorsque les enfants ressentent inconsciemment les émotions de leurs parents et y répondent par des sentiments similaires15.

Par exemple, lorsque les parents froncent les sourcils, haussent la voix ou font des gestes de colère, les enfants se mettent aussi en colère. Lorsque les parents élèvent la voix, les enfants augmentent également le volume de leur voix.

La modélisation parentale est le meilleur moyen d’enseigner l’autorégulation aux enfants. La régulation émotionnelle des enfants provient de la régulation émotionnelle des parents.

Les activités ou outils de régulation des émotions destinés aux enfants ne devraient être utilisés qu’en complément ou en dernier recours pour les enfants qui n’ont pas de bon modèle à suivre. Ils ne devraient pas être utilisés pour remplacer un bon modèle parental.

À mesure que l’enfant grandit, l’influence des pairs commence à s’ajouter à celle des parents : Les enfants plus âgés apprennent l’autorégulation en observant et en imitant leurs pairs. Cependant, la qualité de la relation parent-adolescent joue toujours un rôle important dans l’autorégulation de l’adolescent16.

Pour aider les enfants à apprendre à contrôler efficacement leurs émotions, les parents peuvent

  • s’efforcer d’adopter eux-mêmes de meilleures stratégies de régulation émotionnelle
  • modéliser les émotions positives et les compétences de régulation adaptative des émotions
  • Exposez les enfants à un environnement positif et à des personnes qui se régulent bien.

2. Les parents adoptent un style parental réceptif, chaleureux et acceptant.

Les pratiques parentales réactives, chaleureuses et acceptantes peuvent aider les enfants à développer un bon contrôle émotionnel et comportemental.

Lorsque les parents sont réceptifs, leurs enfants les associent au confort et au soulagement du stress. Les recherches montrent que les bébés dont les parents répondent à leurs pleurs cessent de pleurer à la vue ou au son de leurs parents – ils anticipent le fait d’être pris dans leurs bras.

Si le parent ne donne pas suite au réconfort attendu, le nourrisson retourne à l’état de détresse17. Les enfants de parents réactifs ont tendance à disposer d’un plus large éventail de compétences réglementaires.

La croyance des parents dans la gestion des émotions est également importante. Ceux qui remarquent, acceptent, font preuve d’empathie et valident les sentiments négatifs de leurs enfants ont tendance à les affecter positivement. Ils peuvent apprendre à leurs enfants à prendre conscience de leurs émotions en leur apprenant à verbaliser ce qu’ils ressentent et en les encourageant à résoudre les problèmes.

Mais si les parents sont dédaigneux ou désapprouvent les expressions émotionnelles, surtout les négatives, les enfants ont tendance à développer des méthodes de régulation émotionnelle destructrices18. Ces parents sont généralement mal à l’aise avec l’expression de leurs émotions et ont tendance à entraîner les enfants à supprimer leurs sentiments.

Les parents qui répondent négativement ou qui punissent les enfants pour leurs émotions peuvent les pousser à s’énerver encore plus, ce qui active davantage leur système nerveux de  » combat ou de fuite  » et les rend plus difficiles à calmer19.

Lorsque cela se produit, l’enfant peut donner l’impression d’être plus rebelle, alors qu’en fait, son système est surstimulé. Le fait de dire à un enfant en pleine crise de colère de se  » calmer  » ou de le menacer de conséquences peut stimuler son système au point qu’il fasse littéralement une crise.

Ces enfants ont essentiellement de moins bonnes capacités d’autorégulation pour calmer un système plus tendu. Les pratiques parentales punitives sont contre-productives dans l’enseignement de la régulation émotionnelle.

Certains parents adoptent l’approche consistant à balayer sous le tapis lorsqu’il s’agit d’émotions négatives. Ils pensent que si vous ne pouvez pas les voir, elles n’existent pas, ou qu’elles finiront par disparaître.

Malheureusement, les émotions ne fonctionnent pas de cette façon. Les enfants dont les parents rejettent les émotions et n’en parlent pas de manière positive sont moins à même de bien gérer leurs propres émotions20.

Pour enseigner efficacement l’autorégulation, les parents peuvent adopter l’approche parentale suivante :

  • être chaleureux, accepter et répondre aux besoins émotionnels de leur enfant
  • parler des émotions
  • accepter, soutenir et faire preuve d’empathie pour valider leurs sentiments négatifs,
  • être patient
  • n’ignorent pas, ne rejettent pas, ne découragent pas, ne punissent pas ou ne réagissent pas négativement aux émotions de leur enfant, en particulier aux émotions négatives.
La maman et le frère chatouillent la fille - Activité de régulation des émotions que vous pouvez essayer la prochaine fois pour améliorer les compétences relationnelles.

3. Favoriser un climat émotionnel positif dans la famille

Le « climat » général de la famille est un bon prédicteur de la capacité de l’enfant à s’autoréguler21. Les facteurs qui influent sur le climat émotionnel comprennent la relation entre les parents, leur personnalité, leur style parental, les relations parents-enfants, les relations entre frères et sœurs et les croyances de la famille concernant l’expression des sentiments.

Lorsque le climat émotionnel est positif, réceptif et cohérent, les enfants se sentent acceptés et en sécurité.

Lorsque le climat émotionnel est négatif, coercitif ou imprévisible, les enfants ont tendance à être plus réactifs et insécurisés.

Les parents qui expriment des émotions positives tous les jours créent un climat positif. Les parents qui expriment des niveaux excessifs ou constants d’émotions négatives comme la tristesse, la colère, l’hostilité ou la critique, contribuent à une situation négative et à une moins bonne autorégulation chez les enfants.

Les conflits conjugaux sont l’une des raisons les plus courantes d’un climat familial négatif. Les enfants de ces familles apprennent des méthodes non constructives pour gérer les conflits interpersonnels et les émotions. Ces enfants sont moins susceptibles de développer des compétences sociales22.

Pour créer un climat familial positif, les parents peuvent :

  • exprimer des émotions positives authentiques
  • chercher de l’aide pour mieux gérer les conflits conjugaux ou les personnalités négatives au sein de la famille
  • travailler à l’amélioration des relations parents-enfants et des relations entre frères et sœurs

4. Les adultes enseignant des compétences et des techniques d’autorégulation

Jusqu’à présent, nous avons parlé de trois façons différentes dont les parents peuvent aider leurs enfants à s’autoréguler. Si vous pensez que les parents doivent en faire plus que les enfants pour réguler leurs émotions, vous avez raison.

Les jeunes enfants comptent sur les adultes pour apprendre l’autorégulation. En grandissant, les fonctions exécutives des enfants d’âge scolaire joueront un rôle plus important23. Les parents peuvent commencer à enseigner des techniques d’autorégulation.

Selon le modèle de processus de régulation des émotions proposé par James Gross et ses collègues, il existe cinq étapes dans la génération des émotions24. Différentes stratégies d’autorégulation peuvent être appliquées aux différentes étapes pour réguler les émotions des individus.

Étape 1 : Sélection de la situation – Il s’agit d’approcher ou d’éviter une personne ou certaines situations en fonction de leur impact émotionnel probable.

Étape 2 : Modification de la situation – Modifier l’environnement pour en modifier l’impact émotionnel.

Étape 3 : Déploiement de l’attention – Rediriger son attention dans une situation donnée pour influencer ses émotions.

Étape 4 : Changement cognitif – Évaluation de la situation pour en modifier la signification émotionnelle.

Étape 5 : Modulation de la réponse – Influencer les tendances et les réactions des émotions lorsqu’elles se manifestent.

Pour les enfants, la plupart des stratégies d’adaptation portent sur les trois dernières étapes car ils sont moins capables d’éviter ou de modifier l’environnement. Ils ont également tendance à ne pas comprendre le lien entre la situation et l’émotion25.

Voici une liste de techniques que les parents peuvent enseigner aux enfants plus âgés :

  • Étape 3 : Rediriger l’attention (par exemple, regarde, voici un lapin rouge !)
  • Étape 4 : Réévaluation en recadrant la situation26 (par exemple, nous pouvons transformer ceci en fusée).
  • Étape 5 : Techniques d’adaptation (par exemple, rétroaction biologique27, compter jusqu’à 10, respiration profonde et exercices respiratoires).

5. Autosoins

Pour les enfants plus âgés, en particulier les adolescents, l’autosoin dans la vie quotidienne est important pour renforcer leurs ressources internes de régulation des émotions. Les activités qui favorisent l’autosoin comprennent :

  • L’exercice comme la course, la natation et d’autres activités d’aérobie
  • Pratique de la pleine conscience28 telle que la méditation et le yoga
  • Un sommeil adéquat et une bonne hygiène du sommeil
  • Traitement de relaxation comme l’écoute de la musique

Réflexions finales sur la régulation émotionnelle chez les enfants

Si les informations sur la manière d’aider les enfants à développer leur autorégulation semblent lourdes, c’est qu’elles le sont. Elles nous rappellent que notre rôle de parents est primordial pour façonner l’avenir de nos enfants.

Cependant, aucun d’entre nous ne peut offrir un foyer, une génétique ou un modèle parfaits. Attendre la perfection de notre part peut en fait accroître la tension et la négativité.

Ce que nous devons faire, c’est continuer à travailler sur nos propres muscles émotionnels et nous efforcer de créer un environnement favorable. Et il n’est jamais trop tard pour commencer.

Respirez profondément, acceptez votre situation et celle de votre famille et plongez dans le processus. Le jeu en vaut la chandelle.

Pour plus d’aide sur la façon de calmer les crises de colère, consultez ce guide étape par étape.

Calmez les colères ebook

Votre enfant a-t-il des problèmes de crises de colère ?

Les crises de colère ne sont pas l’apanage des tout-petits. Les enfants d’âge scolaire peuvent aussi avoir du mal à se contrôler. (Même les adultes ont parfois des crises de colère !)

Si vous êtes à la recherche de conseils et d’un plan étape par étape, notre livre Calmez les colères est un excellent point de départ.

Il vous donne les étapes nécessaires pour calmer les crises de colère des tout-petits, leur apprendre l’autorégulation et favoriser le développement de leur cerveau.

Dans ce guide sur les crises de colère des tout-petits, vous trouverez les trois principales façons d’éviter les crises, les stratégies permettant aux parents de rester calmes et la meilleure façon de gérer les coups.

Une fois que vous savez comment enseigner la régulation émotionnelle aux enfants, vous êtes sur la voie d’un foyer heureux et paisible.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires