Connectez-vous avec nous

Life

L’éducation positive – le guide définitif et 9 conseils essentiels

| Qu’est-ce que la parentalité positive ? | Avantages | 9 conseils essentiels pour la parentalité positive |

L’éducation positive et la discipline positive se concentrent sur l’enseignement d’un bon comportement en utilisant des techniques parentales aimables et fermes. Voici quelques conseils efficaces pour vous aider à créer un foyer paisible et heureux.

Qu’est-ce que la parentalité positive ?

La parentalité positive est un principe d’éducation qui part du principe que les enfants naissent bons et avec le désir de faire ce qu’il faut. Elle met l’accent sur l’importance du respect mutuel et sur l’utilisation de méthodes de discipline positives. Les approches parentales positives se concentrent sur l’enseignement d’un comportement futur correct au lieu de punir un mauvais comportement passé.

Dans les années 1920, les psychiatres viennois Alfred Adler et Rudolf Dreikurs ont introduit aux États-Unis les stratégies de parentalité positive1. Depuis, des experts et des programmes parentaux du monde entier ont affiné et défendu diverses solutions parentales positives.

De nombreux parents modernes adoptent ces principes de parentage doux parce qu’ils ne veulent pas être parents comme ils ont été élevés.

La parentalité positive signifie que les parents peuvent élever des enfants heureux d’une manière qui reflète leurs valeurs et leurs croyances familiales. Les parents positifs sont sensibles aux besoins, aux stades de développement et au tempérament de leurs enfants. Parmi les quatre styles parentaux de Baumrindla parentalité positive est un style parental autoritaire.

Les avantages de la parentalité positive

Moins de problèmes de comportement

Des décennies d’études ont montré que l’utilisation d’une discipline positive produit des résultats positifs en termes de comportement de l’enfant et d’amélioration de la qualité de vie. émotionnel la croissance.

En revanche, une éducation parentale sévère et punitive dans la petite enfance tend à entraîner davantage de problèmes de comportement. Les parents qui sont froids, peu impliqués et peu réactifs élèvent des enfants dont l’autorégulation est moins bonne, ce qui exacerbe les problèmes de comportement de l’enfant2.

Une relation parent-enfant étroite

Un parent positif n’a pas besoin de punir son enfant pour corriger un comportement problématique. Il n’y a plus de cris, de lutte de pouvoir ou d’hostilité. En conséquence, la dynamique parent-enfant change, et leur relation s’améliore.

De plus, le respect mutuel et la communication ouverte renforcent la relation parent-enfant.

mère fille regarder ipad ensemble pratiquer la parentalité positive

Meilleure estime de soi et bien-être mental

Les enfants élevés avec une parentalité positive ont une meilleure estime d’eux-mêmes. Ils croient qu’ils peuvent faire les choses aussi bien que la plupart des autres enfants.

Ces enfants sont également plus résilients. Ils rebondissent facilement après une épreuve.

Les enfants résilients qui ont confiance en eux ont moins de conflits familiaux et de meilleurs liens avec leurs parents aimants. Ils ont tendance à avoir une meilleure santé mentale3.

De meilleurs résultats scolaires

Les enfants qui bénéficient d’une éducation parentale positive ont de meilleurs résultats scolaires4,5. Une meilleure relation parent-enfant résultant de ce style de parentage est également fortement associée aux performances scolaires.

mère fille étudiant devant un ordinateur portable en utilisant des solutions de parentage positif oarenting positif

Meilleures compétences sociales

Les enfants de parents positifs ont de meilleures compétences en matière de résolution de problèmes sociaux et d’auto-efficacité sociale6. Ils sont plus équilibrés et ont un sens positif de leur identité.

Plus d’estime de soi parentale et moins de stress

Les enfants ne sont pas les seuls à bénéficier d’une éducation parentale positive. Les chercheurs ont découvert que les parents qui pratiquent la parentalité positive gagnent également en estime de soi et en confiance dans leur rôle parental. Ils éprouvent moins de stress lié à leur rôle de parent, car les enfants s’autodisciplinent et se comportent bien.

Un père attache les chaussures de son fils et lui sourit - conseils sur la parentalité positive dans le monde sitive parenting

Pour plus d’aide pour calmer les crises de colère, consultez ce guide étape par étape.

Calmez les colères ebook

Conseils pour une éducation positive

1. Concentrez-vous sur les raisons qui sous-tendent les comportements

Il y a toujours une raison pour laquelle les enfants se comportent mal.même si cette raison peut sembler stupide aux parents.

C’est raisonnable pour l’enfant, et c’est pourquoi il se comporte de cette façon.

Si les parents peuvent s’attaquer directement à la cause, même si l’enfant n’obtient pas exactement ce qu’il veut, il aura quand même le sentiment que ses besoins sont reconnus. Le soutien émotionnel de la famille est souvent plus important que la satisfaction de la demande elle-même.

Un enfant reconnu peut passer à autre chose sans avoir besoin de se comporter mal. Il peut toujours être grincheux, mais il n’a pas besoin d’agir pour se faire entendre.

Posez-lui des questions et allez au cœur du problème. L’utilisation de l’écoute active et la connaissance de la raison derrière les comportements difficiles peuvent également aider les parents à les éviter en premier lieu.

Par exemple, un enfant frappe son frère. La raison pourrait être qu’elle était frustrée lorsque son petit frère lui a pris son jouet. Apprendre au jeune enfant à demander la permission avant de prendre les jouets de quelqu’un d’autre permettra d’éviter ce problème. C’est aussi leur apprendre les bonnes manières.

Une petite fille se bat avec son petit frère pour un jouet. Dans la discipline positive, personne ne rejette la faute sur l'autre.

Si votre enfant semble ne jamais vous écouter, il y a deux raisons plausibles.

L’une des raisons pourrait être que vos attentes ne sont pas raisonnables. Réexaminez ce que vous demandez à votre enfant de faire ou de ne pas faire. S’agit-il d’un ordre ou d’une demande ? A-t-il une bonne raison de le faire ?

Il est plus facile pour un enfant d’accepter une bonne explication, surtout si elle est pertinente pour son bien-être, que de suivre aveuglément un ordre.

Une autre raison de la désobéissance est l’absence d’une relation parent-enfant étroite, qui constitue le fondement de la croissance de l’enfant, du développement de son cerveau et de sa réussite future.

2. Soyez aimable et ferme

Soyez gentil avec votre enfant pour montrer comment être gentil et respectueux envers les autres.

Les enfants apprennent en imitant les autres, et vous êtes leur principal modèle.

Lorsqu’un parent crie, humilie ou insulte son enfant, ce dernier apprend à faire de même lorsqu’il est contrarié.

L’inverse est également vrai. Lorsqu’un parent est gentil et respectueux malgré sa colère, l’enfant apprend à faire face aux difficultés avec calme et respect.

La gentillesse aide également l’enfant à se calmer, à être réceptif au raisonnement et à être plus enclin à coopérer.

Être gentil n’est pas synonyme de céder.

De nombreux parents assimilent à tort le fait d’être positif et gentil à une attitude permissive.

Ce n’est tout simplement pas vrai.

Vous devez toujours fixer des limites, mais en même temps, vous les faites respecter d’une manière gentille et ferme. Par exemple, vous pouvez dire fermement et gentiment à un enfant qu’il ne peut pas avoir ce qu’il veut. Il n’est pas nécessaire de crier, d’utiliser un ton méchant ou de parler d’une voix sévère. Une voix sévère traduit la colère, tandis qu’une voix ferme communique l’autorité.

Vous n’avez pas besoin d’être méchant pour être sérieux. Une attitude ferme et calme NON est aussi bon, sinon meilleur, qu’un NON fort et méchant.

Vous pouvez être ferme en fixant des limites et en appliquant des conséquences afin que votre enfant sache à quoi s’attendre et sur quoi fonder ses décisions futures.

Pratiquer la prise de décision de cette manière aide les enfants à développer leur pensée cognitive, une compétence inestimable pour leur réussite future.

3. Discipline douce

Selon Jane Nelsen dans Positive Discipline : The First Three Years, les châtiments punitifs produisent quatre R qui n’aident pas l’enfant à apprendre : le ressentiment, la rébellion, la vengeance et le repli.

Souvent, les conséquences négatives non naturelles ne permettent pas d’arrêter les mauvais comportements, ni d’en enseigner de bons.

Lorsque les parents crient ou punissent, ils créent un cercle vicieux de coercition. On a constaté que le cycle coercitif est lié à des problèmes de comportement et de conduite tels que le trouble oppositionnel avec provocation chez les enfants.

Une réponse positive et non punitive est beaucoup plus efficace pour calmer un enfant surstimulé et l’inciter à apprendre un nouveau comportement.

Le temps mort a été largement critiqué ces dernières années. C’est parce que la plupart des parents ne l’utilisent pas correctement7.

Le temps mort pour les enfants n’est pas censé être une punition, mais malheureusement, la plupart des parents l’utilisent de cette façon. Ils isolent et limitent les mouvements de l’enfant et ajoutent une punition secondaire en le réprimandant ou en le sermonnant.

Dans la conception originale du temps mort, l’enfant est simplement retiré de l’environnement surstimulant qui crée ou aggrave le mauvais comportement, puis placé dans un endroit non renforçant pour se calmer et se sentir en sécurité.

Certains experts en éducation parentale ont donc inventé le « time-in » pour remplacer le time-out. Le temps d’arrêt est en fait une idée similaire à l’utilisation correcte du temps mort, dont l’efficacité a été prouvée par des décennies de recherches menées par des psychologues.

L’utilisation des temps morts n’est pas le seul moyen d’arrêter un comportement indésirable. Discipline positive de A à Z : 1001 solutions aux problèmes parentaux quotidienségalement de Nelsen, regorge de bons conseils, de solutions et de recommandations sur la discipline efficace.

Mais il est difficile de se souvenir des 1001 solutions ou d’avoir toujours le livre à portée de main quand on en a besoin. Il est donc important d’être créatif et flexible lors de la discipline.

N’oubliez pas qu’une approche parentale positive se concentre sur l’enseignement des comportements appropriés plutôt que sur la punition des comportements indésirables.

4. Soyez clair et cohérent

Décidez et expliquez clairement les conséquences du non-respect des limites avant de les faire appliquer. En outre, les parents doivent être cohérents et les respecter.

Si un parent n’est pas cohérent, il y aura de la confusion.

L’enfant peut continuer à tester ou à défier les limites pour voir ce qui peut arriver d’autre.

Aller jusqu’au bout signifie ne pas dire quelque chose sans le penser.

Ne faites pas de menaces vides d’annuler le match de baseball si votre enfant se comporte mal, à moins que vous ne soyez prêt à le mettre à exécution lorsque cela se produira.

5. Comportement adapté à l’âge et Développement du cerveau

Parfois, ce que nous pensons être un comportement inapproprié est en fait un comportement adapté à l’âge.

Par exemple, les crises de colère chez les tout-petits sont tout à fait normales. Ces jeunes enfants ont de grandes émotions mais ne peuvent pas les exprimer avec des mots. Ils n’ont pas non plus la capacité de se réguler parce que cette partie du cerveau n’est pas encore développée. Notre enfant a besoin de notre aide pour apprendre à se réguler.

Les stades de développement du cerveau jouent un rôle dans le choix d’une stratégie parentale positive. Les tout-petits et les enfants d’âge préscolaire (même ceux de trois ans) peuvent ne pas comprendre les conséquences. Pour eux, il faut donc utiliser la redirection plutôt que le raisonnement ou l’imposition de conséquences.

6. Commencez tôt

La parentalité positive commence par le parent qui devient un modèle positif pour l’enfant et qui acquiert des connaissances sur le développement de l’enfant. Elle peut donc commencer même lorsque votre enfant n’est qu’un nouveau-né.

Les jeunes enfants apprennent en observant leurs adultes et la façon dont ils réagissent dans différentes situations. Le fait d’être attentif aux signaux de votre enfant et de réagir positivement peut faire une différence significative dans la vie de votre enfant.

Les enfants heureux ne naissent pas mais sont élevés.

7. Prenez un temps d’arrêt pour vous détendre.

Oui, vous avez bien entendu.

Tu dois prendre un temps mort toi-même quand c’est nécessaire.

Inévitablement, les parents sont parfois épuisés et irrités par le comportement indiscipliné de leurs enfants.

Mais c’est la véritable le moment de faire ce que je dis et de faire ce que je fais.. Si vous parvenez à vous calmer et à parler de manière respectueuse et ferme, votre enfant apprendra à gérer la colère et la déception avec grâce.

Si quelque chose ne va pas dans le sens de votre enfant, vous voulez qu’il ait la capacité de se maîtriser et de rester respectueux. Si vous ne pouvez pas le faire vous-même, n’attendez pas de votre enfant qu’il le fasse.

Lorsque vous sentez que vous êtes sur le point de perdre la tête, dites à votre enfant que vous avez besoin d’un moment seul parce que vous êtes bouleversé. Donnez un délai pour votre retour et allez dans une autre pièce pour vous calmer.

S’éloigner met non seulement fin aux luttes de pouvoir mais vous donne aussi le temps de vous calmer. Rappelez-vous l’objectif de votre discipline, qui devrait être d’enseigner, et non de gagner dans un conflit.

Pendant ce temps, prenez quelques respirations profondes et attentives pour faire le vide dans votre esprit.

Vous avez maintenant plus de temps et d’espace pour réfléchir à des moyens de résoudre le problème en question.

À votre retour, vous serez rafraîchi et prêt à relever les défis de l’éducation des enfants.

Un autre bon moyen d’améliorer votre autorégulation est de pratiquer la méditation. La méditation régulière aide à réduire le stress dans des situations difficiles comme celle-ci et favorise l’éducation en pleine conscience8.

8. Faites-en une occasion d’apprendre

Lorsque les enfants sont en âge de raisonner (plus de trois ans), chaque épisode de mauvais comportement peut être transformé en une leçon inestimable de résolution de problèmes.

Quelle est la leçon de casser un jouet ? Cela signifie que l’enfant ne peut plus jouer avec. C’est une conséquence naturelle.

Si l’enfant n’aimait pas le jouet, il aurait dû le donner à un ami ou en faire don pour que d’autres enfants puissent en profiter. S’il a cassé un jouet par frustration, aidez-le à trouver d’autres moyens d’évacuer sa colère, par exemple en frappant un oreiller. Apprenez-lui à réfléchir à d’autres moyens de résoudre un problème au lieu de passer à l’acte.

Apprenez-leur le vocabulaire pour expliquer leurs sentiments (« Je suis en colère parce que… ») plutôt que de se comporter mal. Aidez les enfants à développer leurs capacités de communication. En favorisant le développement du langage, vous réduirez considérablement les crises de colère et les mauvais comportements.

9. Soyez patient et ne désespérez pas.

L’éducation positive et la discipline positive ne produiront pas du jour au lendemain les changements de comportement que les parents souhaitent.

La pratique de la parentalité positive ne consiste pas à obtenir des résultats rapides. Il s’agit d’enseigner un comportement que les parents veulent que leurs enfants imitent au fil du temps.

Soyez patient et ne cédez pas à la pression des autres parents qui préfèrent une éducation basée sur la peur.

Au début, vous devrez peut-être donner beaucoup d’explications tous les jours. Il peut s’avérer plus long de voir de réels changements que la punition traditionnelle, car les enfants ont besoin de répétitions pour apprendre. Il peut s’écouler des semaines, voire des mois, avant que votre enfant ne commence à comprendre.

Mais lorsque cela se produit, ce sera très gratifiant et les bénéfices seront dureront toute une vie.

Apprentissage auto-motivé

Réflexions finales sur la parentalité positive

La parentalité positive est très différente de la parentalité traditionnelle sévère. Elle exige un état d’esprit et des comportements parentaux différents.

Mais avec de la patience, de la persévérance et (beaucoup) de pratique, vous pouvez transformer les moments de discipline en leçons précieuses pour les enfants.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires