Connectez-vous avec nous

Life

Les trois types de stress et leurs effets sur les enfants

Le stress est un élément normal et essentiel de la vie d’un enfant. Cependant, les effets du stress sur le développement de l’enfant ne doivent pas être sous-estimés. Découvrez pourquoi et quels sont leurs impacts sur les enfants.

Quels sont les différents types de stress ?

Il existe deux principaux types de stress affectant les humains1.

Les facteurs de stress physiologiques sont des forces physiques qui sont suffisamment fortes pour défier les limites physiques d’un individu.

Facteurs de stress psychologiques sont des contraintes psychosociales qui résultent de l’interprétation subjective d’une personne, fondée sur des attentes, des croyances ou des hypothèses issues de ses expériences antérieures.

Le stress physiologique résulte de changements dans le monde extérieur, tandis que le stress psychologique est ancré dans le cerveau. Les expériences antérieures influent sur le déclenchement d’une réponse au stress psychologique.

Lorsque la réponse au stress est activée, la perception qu’a l’enfant du contrôle de l’agent stressant, sur la base de ses expériences antérieures, détermine l’intensité, la durée et les effets à long terme du stress. Cela signifie que, face à un même facteur de stress, chaque enfant perçoit le stress différemment en raison de ses expériences de vie uniques dans le passé.

Le National Scientific Council on the Developing Child a identifié trois types de stress psychologique2 :

Le stress positif

Les expériences négatives qui sont de courte durée créent un stress positif, appelé eustress (par opposition à la détresse). Le stress positif est normal dans la vie quotidienne. Les jeunes enfants peuvent en faire l’expérience lorsqu’ils rencontrent un nouveau parent, fréquentent une nouvelle crèche ou se voient retirer un jouet.

Les enfants peuvent apprendre des techniques d’adaptation pour gérer et surmonter le stress positif avec le soutien d’adultes attentifs. La capacité d’un jeune enfant à faire face à ce type de stress est cruciale pour son développement sain.

Le stress tolérable

Le stress tolérable fait référence à des expériences négatives qui sont encore relativement brèves mais plus intenses.

Les exemples incluent la mort d’un être cher, une catastrophe naturelle, un accident effrayant et des perturbations importantes comme le déménagement dans une nouvelle ville ou la séparation de leurs parents.

Ce type de stress peut être toléré si l’enfant bénéficie du soutien d’un adulte attentif. Il est possible que le stress tolérable améliore le développement de l’enfant s’il devient un stress positif. Toutefois, cela ne peut se produire qu’avec le soutien adéquat d’un adulte. Si l’enfant ne reçoit pas un soutien suffisant, même le stress qui devrait être tolérable peut devenir toxique et causer des problèmes de santé à long terme dont il est question ci-dessous.

Le stress toxique

Les expériences négatives de l’enfance qui durent des semaines, des mois, voire des années, créent un stress toxique.

Les exemples incluent les mauvais traitements infligés aux enfants, tels que les abus physiques ou émotionnels, et la négligence physique ou émotionnelle chronique.

Les enfants ne peuvent pas gérer efficacement ce type de stress par eux-mêmes. Lorsque la réaction de stress toxique d’un enfant est activée pendant une période prolongée, elle peut entraîner des changements permanents dans le cerveau en développement.

Un adulte bienveillant peut protéger un enfant de ce stress chronique et ramener le système de réponse au stress de l’organisme à son état normal.

Apprentissage auto-motivé

Les effets néfastes du stress sur le développement de l’enfant

Le stress est un élément naturel et inévitable de la vie. Les gens ressentent du stress même avant la naissance.

Un certain degré de stress est essentiel à la survie. Il aide les enfants à développer les compétences dont ils auront besoin pour faire face à une situation nouvelle et potentiellement dangereuse tout au long de leur vie.

Les événements stressants activent les systèmes d’alerte du corps. La réaction de lutte ou de fuite qui en résulte génère des changements physiologiques tels qu’une augmentation de la respiration, de la fréquence cardiaque, de la pression sanguine, de la consommation globale d’oxygène et la libération de l’hormone du stress.

La réaction de stress aux facteurs de stress positifs et tolérables est transitoire. Une fois l’agent stressant disparu, le corps revient à son état de base.

Alors que le stress de type positif et tolérable peut contribuer au développement de l’enfant, le stress toxique peut endommager diverses parties de l’architecture et des circuits du cerveau3. Ses effets néfastes sur un cerveau en développement sont les suivants :

Altération de la cognition, de l’apprentissage et de la mémoire

Le stress toxique entraîne une libération importante d’hormones de stress, dont le cortisol. Des niveaux élevés et durables de cortisol peuvent entraîner un rétrécissement du centre d’apprentissage et de mémoire (hippocampe)4, et du centre des fonctions exécutives du cerveau (cortex préfrontal)5.

En conséquence, un tel stress toxique peut entraîner des déficits cognitifs et un mauvais contrôle des impulsions qui peuvent persister à l’âge adulte6.

Réponse hyperactive au stress

Le stress toxique entraîne également la croissance et l’hyperactivité du centre d’alerte émotionnel du cerveau (amygdale). Les enfants qui grandissent avec un stress toxique sont plus anxieux7 ou agressifs8. Ils souffrent aussi souvent de dysrégulation émotionnelle9.

Dérèglement de l’immunité

L’hormone du stress, le cortisol, libérée par les systèmes de réponse au stress, peut supprimer le système immunitaire, ce qui rend l’individu plus vulnérable aux maladies infectieuses et aux affections chroniques10.

Troubles mentaux

De nombreuses données empiriques montrent que le stress toxique peut entraîner des maladies mentales plus tard dans la vie, notamment des troubles somatiques, des hallucinations, de l’anxiété, des troubles obsessionnels compulsifs, de la dépression, des troubles de stress post-traumatique et des tentatives de suicide.

Bien-être

Les scientifiques ont également constaté que les enfants qui grandissent dans un contexte de stress toxique prolongé sont plus susceptibles de souffrir de problèmes de santé chroniques tels que des maladies cardiaques, d’avoir un sentiment de bien-être moindre, d’avoir plus de problèmes liés au travail et de mourir prématurément jusqu’à 20 ans plus tôt9.

Le stress toxique peut être très dommageable pour la santé physique et mentale d’un enfant. Une exposition précoce au stress toxique peut avoir des conséquences à long terme sur le corps et l’esprit. Il est impératif que les parents aident leurs enfants à éviter ce type de stress.

Les causes du stress toxique

La maltraitance des enfants est l’une des principales causes de stress toxique. La maltraitance peut prendre de nombreuses formes, notamment des abus physiques, psychologiques et sexuels.

Les recherches montrent qu’il y a environ 8 755 000 enfants victimes dans ce pays. Cela signifie que plus d’un enfant sur sept âgé de 2 à 17 ans a été victime de maltraitance2.

Cependant, la maltraitance grave des enfants n’est pas la seule source de stress toxique. Les familles dysfonctionnelles, la toxicomanie de la personne qui s’occupe de l’enfant, les difficultés économiques de la famille, la violence domestique, l’intimidation et l’insécurité alimentaire peuvent également entraîner un stress toxique11.

Le stress toxique chez l’enfant survient lorsqu’un enfant est confronté à une adversité grave, prolongée ou répétitive et qu’il ne bénéficie pas de l’attention ou du soutien nécessaire de la part de la personne qui s’occupe de lui pour prévenir une réaction anormale au stress12.

L’exposition à des facteurs de stress quotidiens moins graves, mais chroniques et permanents, peut également être toxique pour les enfants.

Ces facteurs de stress quotidiens comprennent l’exposition à une famille remplie de conflits et d’agressions, et à des relations froides et sans soutien.

Lorsqu’un enfant subit un stress toxique, son système de réponse au stress est activé et son corps ne peut pas se rétablir complètement par lui-même. Par conséquent, qu’ils soient ou non violents, l’hostilité répétée, le manque de soutien et les interactions négatives dans la famille. déclenchent la réponse au stress de la même manière. C’est pourquoi ces facteurs de stress sont toxiques et jettent les bases de problèmes de santé physique et mentale à long terme11.

La différence entre le stress toxique et le stress tolérable

Il existe une différence cruciale entre les facteurs de stress légers et intermittents de la vie quotidienne et les facteurs de stress modérés, mais chroniques.

L’échec, la déception et le rejet sont inévitables pour les enfants, et il ne faut pas les en protéger complètement. Les facteurs de stress légers et intermittents déclenchent une réaction de stress positive qui peut favoriser le développement de l’enfant.

En revanche, les facteurs de stress toxiques comprennent souvent une hostilité familiale soutenue et un manque de chaleur entre les membres de la famille, ou encore des écoles et des quartiers sous-équipés.

Réflexions finales sur les effets du stress sur les enfants

Les cris et les disputes sont courants dans certaines familles. La plupart d’entre elles ne sont pas de nature extrême ou abusive. Cependant, un stress excessif peut être toxique pour les enfants car l’impact du stress mental n’est pas déterminé par une norme objective, mais par la personne qui le subit.

Pour les petits enfants, même les conflits mineurs peuvent être importants. Ils les vivent différemment des adultes. Les enfants subissent un stress toxique lorsque les parents utilisent régulièrement l’amour vache.

Les parents hélicoptères, en revanche, protègent leurs enfants de toute adversité, les empêchant ainsi de déployer leurs muscles de tolérance au stress.

Les scientifiques ont découvert que le fait d’avoir des relations sûres, stables et enrichissantes avec les personnes qui s’occupent de l’enfant peut le protéger des effets toxiques du stress. Ces relations protègent les enfants contre les dommages physiques et émotionnels. Elles assurent la prévisibilité et la cohérence de l’environnement de l’enfant, et favorisent le développement de sa confiance en soi et de son estime de soi13.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires