Connectez-vous avec nous

Life

Les stratégies d’adaptation pour les enfants – Des stratégies qui fonctionnent

Techniques d’adaptation pour les enfants sont essentielles pour les aider à faire face au stress de la vie. Cependant, le fait d’avoir des compétences en soi n’est pas une panacée. Les capacités d’adaptation ne sont efficaces que dans certaines conditions nécessaires. Découvrez comment les parents peuvent enseigner aux enfants des capacités d’adaptation positives en leur fournissant ces conditions nécessaires et éviter les pièges lorsqu’ils aident un enfant ou un adolescent à gérer son stress.

Que sont les techniques d’adaptation au stress ?

Les compétences d’adaptation au stress sont un ensemble d’actions ou de stratégies que les enfants peuvent appliquer pour préserver leur santé physique et leur bien-être mental dans des situations génératrices de stress.

De nos jours, les enfants et les adolescents sont confrontés à une multitude de stress, notamment des conflits avec leurs parents, des problèmes relationnels avec leurs amis, des problèmes de performance scolaire, la pression des pairs, etc.

Le stress non géré peut faire en sorte que les enfants, et surtout les adolescents, ne soient pas motivés pour étudier ou faire quoi que ce soit.

L’incapacité à faire face de manière positive contribue à un risque accru d’échec scolaire, de problèmes de comportement social1, de difficultés interpersonnelles et de symptômes dépressifs2.

Le stress prolongé peut également se transformer en un type de stress, appelé stress toxique, qui peut perturber le développement du cerveau de l’enfant3.

Il est essentiel pour le développement de l’enfant d’apprendre dès aujourd’hui des techniques d’adaptation saines.

D’où vient le stress ?

Les neuroscientifiques Jeansok Kim et David Diamond ont découvert qu’il existe trois composantes dans la formation du stress4.

  1. Le stress nécessite un état d’excitation élevé, tel qu’une augmentation du rythme cardiaque et des niveaux d’hormones de stress,
  2. L’expérience doit être perçue comme aversive, et
  3. Il y a un manque de contrôle à un certain degré.

Développer une capacité d’adaptation saine : Ce qui manque au tableau

Qu’est-ce que l’adaptation ? L’adaptation est la façon dont les gens mobilisent, gèrent et dirigent leur action dans des conditions de défi, de menace ou de perte. Une adaptation efficace implique le développement d’une régulation émotionnelle, attentionnelle et comportementale.

Lorsque les parents enseignent aux enfants des stratégies d’adaptation saines, ils ont tendance à enseigner des compétences et des mécanismes d’adaptation qu’ils pensent que l’enfant devrait maîtriser pour atténuer ses grands sentiments.

Cependant, la capacité d’adaptation à elle seule n’est pas une  » solution miracle  » qui peut rétablir instantanément l’équilibre émotionnel5.

La gestion du manque de contrôle, troisième composante de la formation du stress, est un aspect qui est souvent absent du tableau des capacités d’adaptation6.

Des études ont montré que le fait d’avoir le sentiment de contrôler une expérience aversive peut atténuer la sensation de stress qu’elle procure.

Lorsque les enfants croient qu’ils peuvent influencer les événements stressants, même s’ils n’ont pas le contrôle réel de l’événement en cours, ils ont quand même l’impression d’être habilités.

Ils ne se sentent pas impuissants ou à la merci de forces extérieures.

Ce contrôle subjectif perçu affecte le niveau de stress ressenti par l’enfantcomment la probabilité qu’ils appliquent des stratégies d’adaptationet si cette expérience va conduire à des problèmes psychologiques4.

Les enfants avec un faible contrôle perçu ne croient pas qu’ils peuvent changer un résultat indésirable.

Par conséquent, même si un enfant a un sac plein de trucs pour faire face au stress de manière positive, il n’essaiera pas de les utiliser s’il ne croit pas qu’il peut changer quelque chose.

Lorsque les enfants se sentent impuissants, ils développent des réponses inadaptées telles que l’opposition, la fuite, la rumination ou le coping d’évitement7.

Une fille se couvre le visage de ses mains avec de fortes réactions. Nous aidons les enfants à faire face au stress.

Comment la perception du contrôle se forme dans l’enfance

Les perceptions de contrôle ne sont pas des jugements isolés basés uniquement sur un problème spécifique. Elles sont plutôt façonnées par les expériences de vie d’une personne.

La perception de contrôle est l’une des ressources personnelles les plus puissantes auxquelles on peut faire appel lorsqu’on est confronté à des difficultés ou à du stress. Les humains ont un besoin psychologique fondamental d’être efficaces lorsqu’ils interagissent avec l’environnement8.

Les enfants qui ont vécu des événements incontrôlables répétés au début de leur vie croient qu’ils ne peuvent pas influencer l’environnement. Ils peuvent se sentir incompétents ou croire que les événements sont incontrôlables.

Ces enfants sont plus susceptibles de développer une anxiété induite par le stress9 ou une autre vulnérabilité psychologique.

Apprentissage auto-motivé

Comment aider les enfants à apprendre et à utiliser les techniques d’adaptation.

Etape 1 : Faire preuve d’autorité parentale et aider les enfants à développer une saine perception du contrôle.

Pour aider votre enfant à développer une saine perception du contrôle, les parents doivent lui accorder de l’autonomie, lorsque cela est possible.

Les chercheurs ont toujours constaté que le développement des croyances de contrôle chez les enfants est favorisé si les parents encouragent l’indépendance.

Ces parents ont les caractéristiques suivantes :

  • Encouragent l’indépendance et l’autonomie de l’enfant10.
  • Moins contrôlant ou intrusif11.
  • Utilisez des suggestions plutôt que des ordres.
  • Être à l’écoute des besoins de leur enfant7.
  • Chaleureux et d’un grand soutien émotionnel12.

Ce sont exactement les mêmes caractéristiques que celles des parents qui pratiquent un style parental autoritaire..

Étape 2 : Enseigner les techniques d’adaptation.

Il existe deux types d’habiletés d’adaptation : l’adaptation axée sur les problèmes et l’adaptation axée sur les émotions13.

Capacité d’adaptation axée sur les problèmes

Techniques d’adaptation axées sur les problèmes font référence à des actions qui visent à supprimer ou à contourner la source du stress. Ces capacités d’adaptation apparaissent pendant la petite enfance, dès l’école maternelle. Également connue sous le nom d’adaptation primaire, l’adaptation centrée sur le problème est plus efficace pour les problèmes qui sont perçus comme étant changeants.

Le mécanisme d’adaptation centré sur le problème comprend les stratégies suivantes

1. Résolution active de problèmes
La résolution active de problèmes consiste à prendre des mesures actives pour essayer de supprimer ou de contourner le facteur de stress ou d’en atténuer les effets. L’objectif est de résoudre le problème qui a créé le stress si l’enfant sait comment procéder.
Exemple : Parler des choses avec la personne impliquée dans le conflit.

2. Planification
La planification consiste à réfléchir à la manière de faire face à un facteur de stress. Il s’agit de trouver des stratégies d’action, des mesures à prendre et des moyens de gérer au mieux le problème.
Exemple : Planifier d’étudier plus fort pour le prochain examen.

3. Recherche d’assistance et d’information
Demander de l’aide, c’est demander des conseils, des informations ou de l’aide à un soutien social.
Exemple : Demander à l’entraîneur de football plus d’entraînement pour améliorer le jeu lors du prochain match.

4. Écarter les activités concurrentes
Le filtrage des activités concurrentes consiste à mettre de côté d’autres projets pour éviter d’être distrait pour gérer le stress.
Exemple : Jouer moins aux jeux vidéo pour avoir du temps pour les devoirs.

5. Copie de retenue
L’adaptation par la retenue consiste à se retenir, et à attendre qu’une opportunité appropriée se présente avant d’agir.
Exemple : S’abstenir de se disputer pour calmer la foule.

Techniques d’adaptation axées sur les émotions

Techniques d’adaptation axées sur les émotions font référence à la tentative de gérer ou de réguler les sentiments difficiles créés par la situation difficile. Ce type de capacité d’adaptation se développe à la fin de l’enfance et au début de l’adolescence. Également connue sous le nom d’adaptation secondaire, l’adaptation axée sur les émotions est plus efficace pour les problèmes reconnus comme incontrôlables.

Le coping centré sur les émotions est prédominant lorsque les personnes considèrent le facteur de stress comme quelque chose qu’il faut endurer.

Le mécanisme de coping adaptatif comprend les stratégies suivantes pour les enfants :

1. Exercices corps-esprit
Lorsqu’on parle des nombreuses façons d’aider les enfants à réduire leur stress, on fait généralement référence aux exercices corps-esprit. Ces exercices visent à calmer le système nerveux de combat ou de fuite de l’enfant par des pratiques telles que des exercices de respiration profonde ou la méditation.
Exemples : Activité physique telle que prendre des respirations profondes, faire un câlin à un animal en peluche, exercices d’aérobic. Techniques de pleine conscience telles que la méditation, la relaxation musculaire progressive et l’utilisation du biofeedback.

2. Réinterprétation positive
Les compétences axées sur les émotions ne se limitent pas à calmer les nerfs. Une autre bonne façon de faire face à la situation est de réapprécier la situation stressante sous un angle positif pour gérer les émotions de détresse ou la transformer en un stress positif appelé eustress. Cependant, il ne faut pas confondre la réinterprétation positive avec le déni (nous y reviendrons plus tard).
Exemple : Chercher le bien dans ce qui se passe sans en nier l’existence.

3. Acceptation
Accepter la réalité d’une situation stressante et accepter qu’il n’y a pas de solution active pour le moment.
Exemple : Accepter que cela s’est produit et que cela ne peut pas être changé.

4. Recherche d’un soutien émotionnel
Chercher une aide socio-émotionnelle pour obtenir un soutien moral, de la sympathie et de la compréhension.
Exemple : Parler à des amis de confiance pour obtenir plus de soutien.

5. En quête de sens
La recherche de sens est la tentative de découvrir une nouvelle foi ou un nouveau sens à la vie. Cela implique de prier et d’essayer de changer ou de grandir à la suite d’une expérience stressante.
Exemple : Rejoindre une organisation religieuse.

6. Utilisez l’humour
Utiliser le sens de l’humour pour diffuser les émotions négatives qui accompagnent la détresse.
Exemple : Trouver quelque chose de drôle dans la détresse et chercher quelque chose de comique à dire.

Étape 3 : Évitez d’enseigner ou d’encourager les stratégies d’adaptation inadaptées.

Les techniques d’adaptation ne sont pas toutes adaptatives. De nombreux parents encouragent sans le savoir les stratégies d’adaptation inadaptées chez les enfants dans la vie quotidienne. Les techniques d’adaptation inadaptées peuvent avoir un impact négatif sur la santé mentale des enfants14 .

Techniques d’adaptation inadaptées

Les stratégies suivantes ne sont pas des moyens sains de faire face au stress :

1. Escapisme
L’évasion est une forme d’adaptation axée sur les émotions qui comprend le fait de fantasmer, de rêvasser ou de ruminer. Elle implique également la consommation d’alcool ou de drogues, un sommeil excessif et l’évitement des gens pour échapper au stress.
Exemple : Boire de l’alcool ou prendre des drogues afin de moins penser à la détresse.

2. Déni de responsabilité
Le déni consiste à nier la réalité de l’événement. C’est l’erreur la plus courante que font les parents lorsqu’ils essaient d’aider des enfants qui traversent une période difficile. Lorsque les petits enfants sont stressés ou contrariés, les parents qui insistent sur le fait que « tout va bien », « ce n’est pas grave » ou « ce n’est pas si grave » encouragent le déni. Ils nient que le stress est réel parce qu’il n’en a pas l’air à leurs yeux.
Exemple : Refuser de croire que cela s’est produit.

3. Désengagement
Le désengagement consiste à renoncer à atteindre ses objectifs lorsque le facteur de stress interfère.
Exemple : C’est trop difficile. Je vais arrêter d’essayer.

4. Autocritique
Se blâmer soi-même est une stratégie passive qui est dirigée vers l’intérieur plutôt que vers l’extérieur, vers le problème en question.
Exemple : Prendre le blâme pour ce qui s’est passé en croyant « Tout est de ma faute ».

Étape 4 : Modéliser les compétences d’adaptation

L’un des moyens les plus importants, mais souvent négligé, d’enseigner aux enfants la capacité d’adaptation est la modélisation par les parents. Les enfants apprennent à faire face au stress en nous observant et en nous regardant tout le temps. La façon dont nous gérons le stress peut avoir une incidence directe sur la façon dont nos enfants gèrent le stress. Assurez-vous de joindre le geste à la parole et de ne pas vous contenter de parler.

Une fille fait une crise de panique sur l'épaule de sa mère. Comment faire face à la situation ?

Réflexions finales sur les techniques d’adaptation pour les enfants

Bien qu’il soit essentiel d’enseigner aux enfants des moyens de gérer le stress, il ne s’agit en aucun cas de remèdes miracles. Les techniques d’adaptation pour les enfants ne fonctionnent que si l’enfant croit qu’elles l’aident à faire face à sa détresse. Lorsque les parents utilisent des méthodes de contrôle externe pour priver les enfants de leur autonomie, ces derniers perdent leur sentiment de contrôle, et donc leur capacité à gérer le stress de manière adaptative. Si votre enfant a du mal à apprendre des stratégies d’adaptation, vous pouvez demander l’aide de professionnels de la santé mentale.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires