Connectez-vous avec nous

Life

Famille désemparée – Signes de désemparage et comment reconstruire les frontières

Dans les années 1970, le thérapeute familial Salvador Minuchin a élaboré un cadre pour catégoriser la structure familiale1. Une unité familiale est composée de sous-ensembles invisibles de fonctions différentes. Ces sous-systèmes déterminent la manière dont les membres de la famille interagissent les uns avec les autres2.

Par exemple, il existe le sous-système du conjoint, le sous-système parental et le sous-système de la fratrie.

Les sous-systèmes sont séparés par des frontières qui déterminent qui participe et comment. Ces frontières séparent l’espace physique et émotionnel entre les membres de la famille. Des frontières claires créent des modèles familiaux fonctionnels, tandis que l’enchevêtrement (frontières diffuses) et le désengagement (frontières rigides), aux extrémités opposées du continuum, conduisent à des modèles dysfonctionnels et à l’instabilité familiale.

Qu’est-ce qu’une famille enchevêtrée ?

L’enchevêtrement désigne l’absence de différenciation entre soi et l’autre. Une famille enchevêtrée, parfois appelée famille chaotique, se caractérise par l’absence d’une frontière familiale claire entre le parent et l’enfant3. Les frontières relationnelles entre eux sont fusionnées et floues. Il n’y a généralement aucune tolérance pour l’individualité ou la séparation des membres de la famille4. Dans les cas extrêmes, cela s’apparente à de l’inceste émotionnel. Ce processus familial est généralement transmis des générations précédentes à la génération suivante.

Cohésion et proximité dans une famille enchevêtrée

L’enchevêtrement n’est pas la même chose que la cohésion.

La cohésion familiale fait référence au degré de proximité et d’attention entre les membres de la famille. Une famille soudée a des liens familiaux forts qui comprennent une proximité et un soutien émotionnels. La cohésion familiale est associée à une plus grande satisfaction de la vie et à des symptômes dépressifs plus faibles.

D’autre part, le style parental enmeshed crée un modèle de relation dysfonctionnel qui inhibe les différences psychologiques des membres individuels. Malgré l’absence de frontières, les familles enchevêtrées ont un faible niveau de cohésion et seulement des niveaux modérés de chaleur dans la relation familiale. Le niveau de proximité est souvent contraignant et entrave l’autonomie individuelle.

En outre, les parents enchevêtrés présentent des niveaux élevés d’hostilité et d’émotions négatives. Les parents enchevêtrés sont intrusifs et compétitifs5. Leur contrôle psychologique sur l’enfant conduit souvent à des relations de codépendance6.

L’enchevêtrement dans la famille peut également signifier des frontières rigides avec le monde extérieur. Les enfants empêtrés sont contraints de satisfaire leurs besoins et de trouver leur satisfaction uniquement au sein de la famille. Lorsqu’ils s’écartent des attentes, ils développent de forts sentiments de culpabilité et une peur de l’abandon.

Ainsi, les systèmes familiaux enchevêtrés comprennent à la fois des frontières faiblement définies dans les familles entières et une frontière très rigide entre les familles et le monde extérieur.

Causes de l’enchevêtrement

L’enchevêtrement coexiste souvent avec la distance émotionnelle entre les couples, la surimplication intrusive des parents et l’aliénation d’un parent.

Les parents dont la mésentente conjugale est de longue date ou très conflictuelle peuvent s’engager dans l’engrenage parental. En général, l’enfant est obligé de choisir entre deux parents en conflit. L’un des parents et l’enfant s’enlisent alors dans une coalition de surimplication qui exclut l’autre parent, moins impliqué. Parfois, cela peut même évoluer vers une aliénation parentale7. Le fait d’attirer ou d’amadouer les enfants dans des problèmes familiaux de ce genre peut amplifier l’impact sur le sentiment de sécurité des enfants8.

Les schémas d’enchevêtrement se retrouvent également dans les familles où l’un des parents punit sévèrement l’enfant ou le maltraite physiquement. L’enfant a tendance à s’aligner et à former une relation d’enchevêtrement avec le parent non violent9.

Signes d’enchevêtrement dans la famille

Les parents enchevêtrés apparaissent souvent comme des parents aimants et exceptionnels, et les enfants semblent souvent bien se porter.

Voici quelques signes et modèles d’enchevêtrement dans les familles10.

  • « Nous » est souvent utilisé pour décrire des sentiments, des opinions ou des expériences.
  • L’absence de limites psychologiques se manifeste souvent par l’absence de limites physiques, par exemple l’enfant qui s’assoit sur les genoux du parent préféré et qui s’enlace avec lui.
  • L’enfant a des difficultés de développement inappropriées pour se séparer de son parent et aller à l’école.
  • L’enfant est incapable d’établir des relations avec ses pairs parce qu’il s’accroche à son parent préféré.
  • L’enfant ne peut pas fonctionner de manière indépendante et adaptée à son âge, comme aller en colonie de vacances ou faire des soirées pyjama avec ses camarades.
  • L’enfant est très sensible au besoin et à la dépendance du parent enchevêtré.
  • L’enfant assume la responsabilité de protéger le parent.
  • Inversion des rôles et dynamique malsaine dans laquelle l’enfant assume un rôle de gardien pour le parent.

Effets de la parentalité enchevêtrée sur les enfants

Lorsque les limites sont trop floues entre le parent et l’enfant, l’enfant aura du mal à s’individualiser de manière appropriée. Un enfant dont le parent est imbriqué se sent souvent incapable de s’en séparer et a une faible estime de soi. Il peut être indécis quant à son orientation professionnelle et réticent à prendre des risques sains pour atteindre son potentiel.

Lorsque l’enchevêtrement résulte de conflits parentaux, l’insécurité des enfants se prolonge. Ces enfants sont à risque d’inadaptation, y compris de problèmes de santé mentale d’internalisation et d’externalisation.

Les enfants qui doivent prendre soin de leurs parents peuvent éprouver une confusion des rôles.

La recherche psychosociale et développementale a montré que la différenciation familiale influence également de nombreux aspects du développement du soi psychologique de l’enfant, notamment l’individualité, l’individuation et l’identité11.

Lorsqu’il n’y a pas de frontières avec les membres de la famille, les enfants ne peuvent pas atteindre la maturité psychosociale par l’individuation. Les enfants issus de familles peu différenciées ont tendance à avoir un faible sentiment d’identité.

Les menaces qui pèsent sur l’identité émotionnelle sont évidentes lorsque ces enfants sont confrontés à des transactions importantes de la vie, comme l’entrée à l’université.

La fréquentation de l’université n’est pas seulement une transition éducative. Cette transition implique généralement des changements considérables dans la structure de la vie quotidienne, des relations et de l’éducation. L’identité propre d’un jeune adulte se forme à travers ces changements, qui façonnent sa santé mentale et son bien-être. La dynamique familiale peut affecter profondément leur capacité à faire face à ce changement d’identité et à développer un fort sentiment de soi.

Les enfants empêtrés souffrent d’un manque d’identité et sont associés à davantage de symptômes de santé mentale tels que l’anxiété et la dépression. Ils ont tendance à avoir plus de sentiments de détresse et d’impuissance, et moins de satisfaction dans leur vie d’adulte.

Comment guérir d’un traumatisme lié à l’enchevêtrement familial ?

L’absence de relations saines dans l’enfance peut avoir des répercussions durables sur les enfants adultes. Pour guérir de cette expérience traumatisante, les enfants adultes doivent d’abord apprendre à établir des limites saines tout en maintenant des limites souples.

Des niveaux équilibrés de cohésion et de flexibilité peuvent conduire à des relations familiales saines, tandis que des niveaux déséquilibrés peuvent conduire à un fonctionnement familial inadapté.

Obtenir des conseils professionnels est la meilleure façon de traiter le traumatisme de l’enchevêtrement. Une thérapie familiale, telle que la thérapie des systèmes familiaux, peut aider à réduire les niveaux d’enchevêtrement familial et les problèmes de limites dans une famille dysfonctionnelle. Le conseil familial peut aider la famille à éliminer les comportements dysfonctionnels et à développer des relations plus saines.

La thérapie individuelle peut vous apporter un soutien émotionnel et vous aider à établir des limites personnelles saines. Si vous êtes actuellement dans une relation abusive, les prestataires de soins de santé mentale peuvent vous aider à reconnaître les caractéristiques de la famille enchevêtrée et à briser le cycle familial abusif afin que ce style parental ne soit pas transmis à votre propre enfant. L’apprentissage de modèles relationnels sains dans un cadre de soins de santé mentale peut conduire à des relations saines et intimes.

Références

  1. 1.

    LIEBMAN R, MINUCHIN S, BAKER L. The Use of Structural Family Therapy in the Treatment of Intractable Asthma. AJP. Publié en ligne en mai 1974:535-540. doi:10.1176/ajp.131.5.535

  2. 2.

    VERT R-J, WERNER PD. Intrusiveness and Closeness-Caregiving : Rethinking the Concept of Family « Enmeshment ». Processus familial. Publié en ligne en juin 1996:115-136. doi:10.1111/j.1545-5300.1996.00115.x

  3. 3.

    DAVIES PT, CUMMINGS EM, WINTER MA. Pathways entre les profils de fonctionnement familial, la sécurité de l’enfant dans le sous-système interparental et les problèmes psychologiques de l’enfant. Develop Psychopathol. Publié en ligne en septembre 2004. doi:10.1017/s0954579404004651

  4. 4.

    Barber BK, Buehler C. Family Cohesion and Enmeshment : Different Constructs, Different Effects. Journal of Marriage and the Family. Publié en ligne en mai 1996:433. doi:10.2307/353507

  5. 5.

    Sturge-Apple ML, Davies PT, Cummings EM. Typologies du fonctionnement de la famille et de l’adaptation des enfants pendant les premières années d’école. Développement de l’enfant. Publié en ligne le 15 juillet 2010:1320-1335. doi:10.1111/j.1467-8624.2010.01471.x

  6. 6.

    Manzi C, Vignoles VL, Regalia C, Scabini E. Cohesion and Enmeshment Revisited : Differentiation, Identity, and Well-Being in Two European Cultures. J Mariage et famille. Publié en ligne en août 2006:673-689. doi:10.1111/j.1741-3737.2006.00282.x

  7. 7.

    Garber BD. PARENTAL ALIENATION AND THE DYNAMICS OF THE ENMESHED PARENT-CHILD DYAD : ADULTIFICATION, PARENTIFICATION, AND INFANTILIZATION. Revue du tribunal de la famille. Publié en ligne en avril 2011:322-335. doi:10.1111/j.1744-1617.2011.01374.x

  8. 8.

    Davies PT, Forman EM. Children’s Patterns of Preserving Emotional Security in the Interparental Subsystem. Développement de l’enfant. Publié en ligne en novembre 2002:1880-1903. doi:10.1111/1467-8624.t01-1-00512

  9. 9.

    Jacobvitz DB, Bush NF. Reconstructions of family relationships : Alliances parents-enfants, détresse personnelle et estime de soi. Psychologie du développement. Publié en ligne 1996:732-743. doi:10.1037/0012-1649.32.4.732

  10. 10.

    Friedlander S, Walters MG. WHEN A CHILD REJECTS A PARENT : TAILORING THE INTERVENTION TO FIT THE PROBLEM. Revue des tribunaux de la famille. Publié en ligne en janvier 2010 : 98-111. doi:10.1111/j.1744-1617.2009.01291.x

  11. 11.

    Barber BK, Harmon EL. Violating the self : Le contrôle psychologique des enfants et des adolescents par les parents. Le parentage intrusif : Comment le contrôle psychologique affecte les enfants et les adolescents. Publié en ligne 2002:15-52. doi:10.1037/10422-002

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires