Connectez-vous avec nous

Life

Enseigner l’empathie aux enfants – Découvertes révolutionnaires en sciences du cerveau

Enseigner l’empathie aux jeunes enfants ne se limite pas à la modélisation, à des activités éducatives ou à l’explication du point de vue des autres. Des découvertes révolutionnaires en neurosciences ont permis de mieux comprendre comment nous pouvons comprendre les sentiments des autres et comment faciliter le développement de l’empathie chez les enfants.

Qu’est-ce que l’empathie ?

L’empathie est la capacité de comprendre, de ressentir ou de partager les sentiments des autres. Une réaction émotionnelle à ce que ressent une autre personne ou à ce qu’elle devrait ressentir.

Il existe deux principaux types d’empathie : cognitive et émotionnelle.

Empathie cognitive est la capacité de comprendre le point de vue d’une autre personne et de ressentir sa douleur. Vous ressentez ce type d’empathie lorsque vous vous immergez dans l’expérience d’une autre personne sans perdre votre propre sentiment d’identité. On l’appelle également « prise de rôle ».

Empathie émotionnelle est l’expérience par procuration de l’état émotionnel d’une autre personne. Elle implique une réponse émotionnelle à l’événement, soit parce que vous sympathisez avec la personne (empathie réactive) ou parce que vous ressentez des sentiments similaires (empathie parallèle). L’empathie émotionnelle est également connue sous le nom de réactivité émotionnelle.

Pourquoi l’empathie est-elle importante ?

L’empathie est essentielle à la cohésion de la société. Elle permet de prendre des décisions éthiques, de faire preuve de bonté et d’altruisme1. Un manque d’empathie à l’égard des émotions d’autrui dans la petite enfance est associé à une psychopathologie2, telle que le trouble des conduites3 et la psychopathie, plus tard dans la vie.

La capacité à comprendre les sentiments des autres est cruciale pour faciliter les interactions sociales et le comportement empathique envers les autres. Elle joue un rôle clé dans l’intériorisation des règles et l’aide aux personnes dans le besoin, même à ses propres dépens.

L’empathie chez les enfants est associée à un comportement plus altruiste, coopératif et prosocial4. Les enfants empathiques ont de meilleures compétences sociales et une meilleure intelligence émotionnelle. Ils font preuve de moins d’agressivité et d’un meilleur raisonnement moral. La capacité d’empathie est un élément essentiel pour qu’un enfant puisse développer ses compétences socio-émotionnelles.

De plus, les enfants empathiques se montrent plus coupables lorsqu’ils font des erreurs et suivent les règles même sans supervision5. Ils sont également plus susceptibles d’aider ceux qui sont en détresse et moins susceptibles de participer à des actes d’intimidation6.

En tant qu’adulte, le fait de faire preuve d’empathie et de prendre le point de vue des autres peut accroître la confiance et la proximité interpersonnelle. Lorsque les adultes font preuve d’empathie les uns envers les autres, ils éprouvent un plus grand sentiment de satisfaction dans leurs relations7.

Neurones miroirs, syntonie et empathie

Dans les années 1990, une nouvelle catégorie de neurones a été découverte dans le cerveau des singes macaques. Ces neurones sont activés lorsque les singes observent d’autres singes ou des humains en train d’exécuter une action manuelle liée à un objet, comme la saisie d’un objet.

Plus tard, les chercheurs ont découvert que lorsque les humains observent l’action de la main de quelqu’un d’autre, le même réseau neuronal est activé dans leur cerveau que chez l’exécutant. De même pour les émotions, lorsque des observateurs voient l’émotion de dégoût exprimée par l’expression faciale d’une autre personne, la même structure neuronale que celle de l’exécutant est activée8.

La capacité à imiter l’émotion ou la sensation d’une autre personne constitue la base du développement de l’empathie chez les enfants. Même à un âge aussi précoce que 18 heures, les nouveau-nés peuvent imiter les mouvements de la bouche et du visage de l’adulte auquel ils font face9.

Les informations visuelles telles que les actions et les expressions faciales sont essentielles pour détecter ou comprendre les sentiments ou l’état d’esprit d’une autre personne10.

5 conseils pour enseigner l’empathie – prouvés par la science

1. Soyez chaleureux, attentionné et réceptif

La première étape pour enseigner l’empathie aux enfants est de devenir un parent chaleureux, attentionné et réceptif11.

Les premières expériences avec un fournisseur de soins primaires sont essentielles au développement de l’empathie. Les parents qui sont chaleureux, attentionnés et sensibles aux besoins émotionnels de leurs enfants favorisent un attachement sûr chez eux et répondent à leurs besoins de chaleur, de sécurité et de sûreté.

Les enfants qui ont un attachement sécurisant se préoccupent davantage des autres par empathie parce que leurs parents se sont préoccupés d’eux. Ces enfants sont plus aptes à comprendre le point de vue des autres parce que leurs parents ont adopté le leur12.

En matière de discipline, la discipline positive et la discipline inductive permettent aux parents de rester positifs et empathiques.

2. Réagir avec une sensibilité émotionnelle

Les chercheurs ont découvert que les mères qui font preuve d’une plus grande sensibilité émotionnelle envers leurs enfants au cours de la première année de leur vie ont plus de chances d’avoir des enfants empathiques dans leur enfance et leur adolescence.

Lorsque vous interagissez avec des enfants, vous pouvez transmettre la syntonisation émotionnelle en utilisant des réponses adaptées, exagérées et partiellement imitatives qui correspondent à leur état émotionnel, ainsi qu’en utilisant des expressions faciales et des indices non verbaux qui correspondent à cet état13.

Par exemple, lorsque votre enfant est en détresse et pleure, vous pouvez répondre par « Oh, pauvre bébé » tout en utilisant des expressions faciales et un ton de voix qui correspondent à la détresse du bébé.

3. Encadrer les émotions, et non les rejeter

Le langage des parents à l’égard des émotions de leurs enfants peut affecter le développement de l’empathie.

On a constaté que plus les parents apprennent à leurs enfants comment étiqueter les différentes émotions, plus ils sont susceptibles de se préoccuper des autres. Et plus ils expliquent les causes et les conséquences des émotions, plus les enfants sont susceptibles d’essayer de comprendre les émotions des autres14.

Les parents peuvent également apprendre aux enfants à réfléchir aux problèmes en imaginant comment se mettre à la place d’une autre personne. La capacité de prendre en compte différentes perspectives est essentielle au développement de l’empathie cognitive15.

Faites donc du coaching émotionnel une partie de votre vie. Pratiquez l’empathie avec votre enfant dans différentes situations.

D’autre part, si les parents rejettent constamment les émotions de leurs enfants, ces derniers ont tendance à développer des traits calleux et non émotionnels et à manquer d’empathie pour les autres16.

une maman sèche des larmes sur le visage de son enfant

4. Modéliser directement l’empathie

L’utilisation de la modélisation est un excellent moyen d’enseigner de nombreuses choses aux enfants, mais si nous voulons que la modélisation soit efficace pour enseigner l’empathie, nous devons répondre à certaines exigences particulières.

Souvent, les parents croient qu’un modèle est une personne qui montre à leurs enfants comment faire preuve d’empathie envers les autres enfants lorsqu’ils ont des mésaventures. Mais cela ne suffit pas pour enseigner l’empathie.

Pour donner l’empathie en modèle, permettez à votre enfant d’en faire directement l’expérience. Montrez aux enfants votre empathie pour eux directement, et non indirectement à travers les autres.

5. Enseignez la valeur, pas les similitudes

L’empathie permet de relier les gens aux autres.

L’évolution nous a appris à reconnaître les différences et à y répondre. Nous avons tendance à éprouver de l’empathie pour ceux qui nous ressemblent, mais de la crainte pour ceux qui sont différents.

Cette peur est une réponse automatique aux entités non familières qui sont perçues comme des menaces. Cette réaction autonome ne peut être surmontée que par un apport cognitif dans le cortex préfrontal (cerveau pensant).

L’idée d’apprendre aux enfants à reconnaître ce qu’ils ont en commun avec les autres afin d’encourager l’empathie est une croyance populaire, mais dangereuse.

Premièrement, les preuves empiriques de cette théorie sont limitées17. Deuxièmement, du point de vue de la similarité, le désir de comprendre les sentiments des autres est un produit de la généralisation de l’intérêt personnel pour inclure les autres. Apprendre aux enfants à trouver des similitudes chez les autres, c’est encore renforcer l’idée que nous devrions avoir de l’empathie pour ceux qui nous ressemblent, mais seulement si nous pouvons trouver quelque chose qui montre que nous sommes semblables.

La recherche montre que nous avons d’autres raisons d’avoir de l’empathie pour ceux qui sont différents de nous. La motivation altruiste est l’une de ces raisons. Nous voulons intrinsèquement nourrir et aider les autres.

Lorsque nous aidons les enfants à développer de l’empathie indépendamment des différences et des similitudes, nous leur apprenons à valoriser le bien-être des autres et à devenir véritablement altruistes. Cela devient une partie intégrante de leur éducation du caractère.

Réflexions finales

La croyance générale veut que la lecture de la littérature, la discussion des sentiments d’autrui et l’explication des différents points de vue soient fondamentales pour l’éducation à l’empathie. Cependant, ces exercices ne peuvent aider les enfants qu’à renforcer l’empathie cognitive. En fin de compte, un enfant ne peut pas développer l’empathie s’il n’en a jamais fait l’expérience. Aucune de ces activités ne peut remplacer un parent attentionné et à l’écoute des émotions lorsqu’il s’agit de développer l’empathie.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires