Connectez-vous avec nous

Life

Conseils aux nouveaux parents – fondés sur la science

Il n’y a jamais de pénurie de conseils pour les nouveaux parents. Que ce soit sur la façon de surmonter le manque de sommeil, le changement de couche, l’allaitement ou l’apprentissage du sommeil.

Être parent est un travail difficile. Nous recevons constamment des conseils contradictoires de la part de livres spécialisés sur les bébés, de membres de la famille bien intentionnés, d’amis, d’experts en soins pour bébés, de voisins, d’inconnus dans la rue et même des médias sociaux. Il est difficile de discerner les bons conseils.

Les nouveaux parents qui souffrent déjà d’un manque de sommeil peuvent être submergés par tant de conseils. Lorsque vous êtes occupé à vous occuper de votre nouveau bébé, vous n’avez pas vraiment le temps de profiter de sa présence.

La bonne nouvelle est que vous n’avez pas besoin d’être un parent parfait pour être un bon parent. Nous avons rassemblé les conseils scientifiques suivants pour les nouvelles mamans et les nouveaux papas afin que vous puissiez vous concentrer sur les choses importantes, et pas seulement sur les petites choses..

Les meilleurs conseils pour les nouveaux parents – basés sur la science

1. Soyez à l’écoute des besoins de votre bébé. Ce n’est pas le gâter.

Certains parents ne sont pas à l’écoute de leur premier bébé parce qu’ils ont peur de le gâter. La science, cependant, ne soutient pas cette crainte.

Les nouveaux-nés dont la mère est réceptive aux signaux du bébé pendant la première moitié de la première année pleurent moins pendant la deuxième moitié. Ces bébés sont également plus susceptibles de suivre les instructions de leurs parents1.

Les nourrissons qui ont un parent attentif à leurs besoins dans les premiers jours développent un sentiment de sécurité. Ils considèrent le parent comme un endroit sûr où ils peuvent se retirer. Ils se tournent vers leurs parents pour obtenir une protection, un réconfort et une régulation émotionnelle alors qu’ils n’ont pas encore les compétences nécessaires pour le faire eux-mêmes.

Non seulement ces enfants ne sont pas gâtés, mais ils présentent moins de problèmes de comportement que ceux dont la mère ne réagit pas.

Donc, il n’y a rien de tel que « ne prenez pas un bébé chaque fois qu’il pleure ou vous allez le gâter ».

2. Personnalités différentes, mêmes besoins parentaux.

Il ne fait aucun doute que chaque enfant a un tempérament différent et qu’il a besoin de différents styles d’éducation. Cependant, l’utilisation de styles parentaux différents est le point sur lequel les pépites de la sagesse conventionnelle et de la science sont en désaccord.

Les enfants qui ont une plus grande disposition à être frustrés, un contrôle inhibiteur plus faible et un niveau d’activité plus élevé sont généralement considérés comme difficiles.

Certaines personnes pensent que les bébés difficiles ont besoin d’un amour plus dur. Les parents frustrés ont souvent recours à des méthodes parentales plus sévères pour corriger le comportement de leurs enfants à forte personnalité.

Les recherches montrent que c’est le contraire qui est vrai.

Des études ont montré que les bébés difficiles réagissent davantage à la qualité de l’éducation parentale que les bébés faciles à vivre. En d’autres termes, les bébés difficiles réagissent plus négativement à une parentalité insensible et plus positivement à une parentalité sensible et nourricière, par rapport aux bébés faciles2.

Les enfants difficiles du point de vue du tempérament sont plus sensibles, mais ils s’épanouissent aussi davantage lorsqu’ils sont guidés en douceur plutôt que contrôlés par la force. Donc, si vous avez un bébé fougueux, au lieu d’un amour dur, donnez-lui une éducation sensible et nourrissante pour qu’il puisse s’épanouir3.

3. Adoptez un style parental autoritaire, le meilleur style parental.

En psychologie, les styles parentaux sont catégorisés en termes de réactivité et d’exigence. Le style parental qui exige des normes élevées et qui est très réactif l’emporte systématiquement dans les études du monde entier4. Ce style parental est appelé le style parental autoritaire.

Des enfants différents peuvent nécessiter des pratiques parentalesc’est-à-dire les méthodes effectivement employées, mais les autorités style parental peut profiter à tous les enfants.

Les trois autres styles parentaux sont :

Ces trois styles de parentage ont tendance à produire des résultats moins bons pour les enfants que le parentage autoritaire.

femme déprimée assise sur le canapé

4. Chercher un traitement et de l’aide pour la dépression du post-partum

Il faut beaucoup de ténacité, de patience et de concentration pour s’occuper d’un nouveau-né. Une première maman sera encouragée à accomplir cette tâche lorsqu’elle observera son enfant grandir et appréciera le développement de leur relation.

En revanche, une mère dépressive risque de ne pas pouvoir apprécier ses interactions avec son enfant et de ne pas voir la valeur de ses actions dans leur ensemble. Elle peut être fatiguée, incapable de se concentrer, et préoccupée par des sentiments de culpabilité, de dévalorisation et de désespoir.

Les psychologues de l’enfance ont constaté que la dépression parentale peut avoir un impact immense sur le développement de l’enfant, comme le fait de ne pas s’épanouir5. Les enfants de parents déprimés courent un risque accru de développer des troubles mentaux, notamment la dépression et les maladies névrotiques6. Ils sont également deux à cinq fois plus susceptibles de développer des problèmes de comportement7 et plus enclins à participer à des activités criminelles.

Si vous soupçonnez que vous ou votre partenaire êtes déprimés, cherchez à vous faire soigner dès que possible.

5. Laissez tomber les petites choses

En tant que nouveau parent, vous voulez faire du bon travail et faire le meilleur choix pour votre premier enfant. Mais transpirer sans cesse sur de petites choses est stressant et vous place en mode de survie permanent.

Les recherches en psychologie et les études en neurosciences nous ont appris que l’éducation des enfants est importante8. Mais l’instinct maternel peut parfois nous conduire sur la mauvaise voie, en nous préoccupant de la différence entre les couches organiques et inorganiques, l’alimentation solide et liquide, ou l’apprentissage de la propreté et l’apprentissage autonome.

Concentrez-vous plutôt sur la vue d’ensemble du développement de votre enfant. Si vous avez eu une mauvaise journée (une crotte de bébé sur votre visage, quelqu’un ?), prenez une grande respiration et cette frustration passera.

6. Prenez l’habitude de discipliner pour enseigner et non pour punir.

Comment discipliner n’est pas un conseil courant pour les nouvelles mamans. C’est parce que la discipline est souvent utilisée comme un synonyme de punition. On ne punit pas et on ne doit pas punir un bébé.

Cependant, la discipline ne signifie pas punition. Cela signifie guider et enseigner, et vous pouvez enseigner même à un nourrisson.

L’enseignement est un excellent moyen de favoriser le développement du cerveau dans les premiers mois. Même si votre enfant ne comprend pas tout ce que vous dites maintenant, le fait de commencer à expliquer tôt vous aide à prendre l’habitude d’enseigner plutôt que de punir.

L’apprentissage se produit dans le cortex préfrontal (le cerveau pensant), mais la punition a un impact sur l’amygdale (le cerveau émotionnel)9.

Les pratiques parentales efficaces, telles que l’explication, le raisonnement, la discussion, l’empathie et la modélisation, aident les enfants à développer leur esprit critique, leur autorégulation et leur empathie. En revanche, la punition nuit aux relations parents-enfants, donne l’impression d’être insensible et entraîne des mécanismes d’adaptation inadaptés.

Beaucoup de nouveaux parents ne savent pas comment expliquer les choses aux jeunes enfants. Lorsque leurs bébés deviennent des bambins, ces parents ne savent que dire « non » à tout, ce qui rend leurs bambins confus et frustrés.

Si vous commencez à expliquer les choses tôt, vous formez l’habitude d’expliquer et de raisonner. Ainsi, lorsque votre enfant deviendra un bambin et commencera à faire des bêtises, vous n’aurez pas à vous contenter de dire « non » ou de punir.

Ce type de discipline est appelé discipline inductive, dont les chercheurs ont constaté qu’elle produit plus d’empathie et de comportement prosocial chez les enfants que la punition. Ces enfants apprennent à considérer comment leur comportement peut affecter les autres avant d’agir10.

7. Soyez patient, car penser et se comporter demande beaucoup plus de temps et de pratique que marcher.

La plupart des parents sont très patients avec leur bébé lorsqu’il apprend à se retourner, à tenir sa cuillère, à se nourrir seul, à se tenir debout et à marcher. La difficulté est évidente dans ces activités physiques.

Pourtant, ils sont beaucoup moins patients lorsqu’il s’agit d’enseigner un bon comportement à leurs enfants.

Le cerveau est beaucoup plus complexe que les jambes ou les muscles des doigts. Cependant, nous attendons beaucoup plus de lui et croyons que les enfants peuvent suivre nos instructions avec peu de pratique.

Il faut beaucoup de temps, d’efforts et de pratique pour que le cerveau en développement fasse les choses correctement11.

Donc, si votre enfant ne semble pas écouter la première fois, la deuxième fois… ou même la dixième fois, ne vous énervez pas. Votre enfant n’est pas têtu. Il a juste besoin de plus de temps et d’espace pour apprendre et pratiquer.

8. En cas de doute, pensez gentiment.

Lorsqu’il n’y a pas de réponse évidente, certains d’entre nous ont tendance à supposer le pire. Cela nous amène généralement à réagir de manière agressive et à aggraver la situation12.

Par exemple, si votre enfant fait une crise de colère parce que vous ne lui donnez pas de bonbons, au lieu de prendre sa crise de colère comme un accès de colère parce qu’il n’obtient pas ce qu’il veut, pensez à la difficulté pour un bébé d’apprendre à réguler ses émotions.

Lorsque votre enfant crie rageusement « Je te déteste », au lieu de le prendre personnellement, essayez d’imaginer combien il souffre intérieurement et combien il a mal à prononcer de tels mots. Réfléchissez à la manière de l’aider à exprimer sa colère correctement plutôt qu’à la manière de le punir ou de ressasser le fait d’être un mauvais parent. Lorsque d’autres personnes vous donnent des conseils non sollicités, au lieu de les prendre comme une critique de votre façon d’éduquer, pensez qu’elles essaient simplement de partager leurs idées.

Être gentil au lieu de s’énerver pour rien rend la vie plus agréable.

Une bonne éducation requiert de la gentillesse. C’est une chose d’apprendre à votre enfant à être gentil, mais c’en est une autre de lui montrer comment le faire.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires