Connectez-vous avec nous

Life

Comment les parents peuvent aider leurs enfants à développer l’autorégulation

Le coaching émotionnel permet aux parents d’apprendre aux enfants à reconnaître leurs émotions en toute conscience et à utiliser des stratégies appropriées pour y faire face. Lorsqu’on apprend aux enfants à gérer leurs émotions de manière saine, ils développent la maîtrise de soi et les compétences nécessaires pour fonctionner efficacement dans un monde stressant. Découvrez comment devenir un parent coach d’émotions et aider votre enfant à développer une régulation émotionnelle efficace.

L’importance du coaching émotionnel

Du développement du cerveau aux performances scolaires en passant par les opportunités de carrière, la capacité à réguler les émotions a des implications importantes à chaque étape de la vie.

À l’école, la capacité à réguler efficacement les émotions est associée à de meilleurs résultats scolaires1 et à une meilleure compétence sociale2. Les adolescents autorégulés ont moins de problèmes de comportement, de toxicomanie3 et de délinquance4. À l’âge adulte, la régulation des émotions est liée à une plus grande satisfaction professionnelle5 et à une plus grande satisfaction de vie6.

Le manque de régulation émotionnelle est un facteur de risque dans le développement de troubles mentaux tels que le trouble dépressif et le trouble anxieux7. Les cas graves de dysrégulation des émotions sont également liés aux troubles du comportement, tels que le trouble oppositionnel avec provocation8 et le trouble du comportement perturbateur9.

Selon le modèle du psychologue Morris, les parents influencent les sentiments et la régulation de leur enfant par trois mécanismes principaux : le modelage, le coaching émotionnel et la création d’un climat émotionnel10.

La recherche montre qu’un coaching émotionnel approprié aide les enfants à réguler leurs émotions négatives. Grâce à l’encadrement des émotions par les parents, les enfants apprennent des stratégies de régulation pour accroître la maîtrise de leurs émotions.

Les enfants coachés sur le plan émotionnel ont moins de problèmes de comportement11 et une intelligence émotionnelle plus élevée.

Qu’est-ce que le coaching émotionnel ?

Le coaching émotionnel des parents consiste à apprendre aux enfants à reconnaître leurs émotions et à leur fournir des stratégies d’adaptation pour se réguler dans les situations stressantes. Un parent aimant peut avoir un impact considérable sur l’autorégulation en devenant le coach émotionnel de son enfant.

Il est parfois difficile de comprendre pourquoi les jeunes enfants pleurent pour la moindre petite chose. Après tout, qu’y a-t-il de si mal à se voir offrir une glace au lieu d’aller la chercher soi-même ? En tant qu’adultes, nous avons tendance à rejeter, critiquer ou banaliser les sentiments des enfants.

« Ce n’est pas grave. »

« C’est bon. Tu pourras l’avoir la prochaine fois. »

« Laisse tomber ».

« Arrête de pleurer. »

Ce sont des réponses courantes de parents frustrés ou de parents qui trouvent offensante l’émotion négative d’un enfant.

Nous pensons à tort que, si nous la minimisons, l’enfant cessera d’y prêter attention avec le temps et que tout ira bien. Certains parents rejettent l’expression émotionnelle d’un enfant en pensant que ce n’est qu’une phase ou que la situation sera meilleure sans ces émotions.

Si vous avez essayé cette tactique, vous savez probablement déjà qu’elle ne fonctionne pas. Elle a également tendance à rendre les enfants plus contrariés.

Le fait de balayer les émotions sous le tapis ne les fera pas disparaître. Elles finiront par revenir vous hanter (en fait, votre enfant) et auront des effets néfastes pour l’enfant.

Invalider les sentiments de votre enfant lui donne l’impression que sa réaction est mauvaise. Ces enfants ne se sentent pas entendus et ne sont pas vus.

Les études montrent que les enfants dont les parents négligent les émotions ont des sentiments plus négatifs. Ils sont plus susceptibles d’avoir plus de problèmes de comportement et de problèmes émotionnels.

Les parents qui adoptent une croyance de  » coaching émotionnel « , ou qui acceptent le concept de coaching émotionnel, peuvent avoir un effet indirect dans la régulation des émotions de leurs enfants. Ces parents ont des réactions plus positives aux émotions des enfants. Ils sont plus enclins à accepter et à résoudre les problèmes. Des études ont trouvé des liens cohérents entre le coaching émotionnel et la diminution de la négativité, des problèmes de comportement, des symptômes dépressifs et des problèmes de régulation émotionnelle12.

Le Dr John Gottman, expert en développement émotionnel, et ses collègues du Gottman Institute ont découvert qu’au lieu de blâmer un enfant pour ses débordements émotionnels, les parents qui adoptent une philosophie de coaching émotionnel peuvent voir les choses du point de vue de l’enfant et considérer les moments émotionnels comme des occasions d’apprentissage pour enseigner une régulation efficace13.

Coaching émotionnel : à faire et à ne pas faire

Pour élever un enfant émotionnellement intelligent, voici les choses à faire et à ne pas faire dans le cadre des pratiques parentales de coaching émotionnel.

Remarquez les émotions positives et négatives

Permettre à votre enfant et à vous-même de ressentir des émotions est la première étape du coaching émotionnel. Être capable de reconnaître, d’apprécier et d’améliorer ses propres sentiments contribue à l’amélioration de l’intelligence émotionnelle.

Parlez des émotions avec les enfants. Aidez-les à identifier les différentes émotions. Nommez les émotions sans les juger. Encouragez l’expression des émotions par des mots. Par exemple, vous pouvez dire : « Je savais que tu étais en colère parce que tu t’es éloigné ».

Faites également attention au langage corporel, aux expressions faciales et au ton de la voix.

Valider et étiqueter les émotions de l’enfant

La validation est l’une des étapes les plus importantes du coaching émotionnel. Elle consiste à accepter, reconnaître et respecter les sentiments de votre enfant, même si vous n’êtes pas d’accord avec eux. Vous pouvez dire « J’entends que tu es triste parce que Molly a eu le jouet que tu voulais ».

Valider les émotions augmente la probabilité que les enfants se régulent eux-mêmes sur le plan émotionnel. Offrir un soutien émotionnel permet aux parents et aux enfants de développer de meilleures compétences en matière de communication des émotions.

Montrez que vous comprenez leur position par des déclarations empathiques comme « Je comprends pourquoi tu… » ou « C’est logique que… ». Cela montre que vous comprenez leur point de vue et leur permet de se sentir validés dans leurs sentiments.

Aidez les enfants à comprendre les émotions et à apprendre à résoudre les problèmes.

Lorsque votre enfant est contrarié, essayez de comprendre son point de vue. Affirmez ses sentiments et posez-lui des questions sans le juger pour comprendre ce qu’il ressent. Lorsque vous comprenez la source des émotions fortes de votre enfant, aidez-le à trouver une solution saine.

Par exemple, « Je me demande ce qui t’a fait te sentir de cette façon », « Comment t’es-tu senti quand cela s’est produit ? », ou « Peux-tu penser à quelque chose qui aurait rendu les choses plus faciles ? ». Poser ces questions ouvertes les encouragera à réfléchir à ce qu’ils ressentent et pourquoi.

Enseignez des techniques d’adaptation

Lorsque vous sentez qu’ils sont prêts, apprenez-leur à gérer sainement les émotions difficiles, comme la colère ou la tristesse. Le coaching émotionnel de la colère peut avoir un impact considérable sur leur capacité à faire face au stress. Enseignez à votre enfant au moins une compétence d’adaptation qui fonctionne bien pour lui, et encouragez-le à la pratiquer quotidiennement.

Par exemple, lorsqu’il s’agit de faire face à la colère dans une situation difficile, la façon la plus simple de calmer une personne est de prendre une respiration lente et profonde. Exercez-vous à le faire avec votre enfant lorsqu’il n’est pas contrarié, afin qu’il puisse plus facilement le faire lorsqu’il est contrarié.

Une autre technique d’adaptation est la réévaluation. Aidez votre enfant à réexaminer la situation qui le contrarie. La réévaluation n’est pas la même chose que l’invalidation des émotions. Au lieu de dire que sa colère n’est pas valable, aidez-le à regarder la situation sous un angle différent.

Par exemple, apprenez à votre enfant à penser : « Je peux me sentir triste à cause de ça, mais ça ne doit pas forcément ruiner ma journée ».

Donnez l’exemple du contrôle des émotions et fournissez des exemples

Soyez conscient de votre propre bien-être émotionnel et prenez soin de vous pour contribuer à offrir un environnement sain à vos enfants. Vous devenez un modèle lorsque vous pouvez réguler vos propres émotions.

Si vous expliquez vos réactions émotionnelles à vos enfants, ils sauront ce qui se passe. Partagez vos propres histoires personnelles sur vos expériences où vous vous êtes sentis d’une certaine façon. Par exemple, « Je me souviens d’avoir été très gêné lorsque j’ai renversé mon verre à l’école ». Votre enfant pourra alors faire le lien avec cette même expérience et apprendre comment vous avez réagi dans cette situation. Cela l’aide à mieux se comprendre et lui permet de savoir quel comportement (ou expression d’émotion) est acceptable dans une certaine situation.

un garçon pleure sur l'épaule de sa mère

N’invalidez pas les sentiments d’un enfant et ne lui dites pas comment il doit se sentir.

L’invalidation est une réaction qui nie, rejette ou tourne en dérision les sentiments de l’enfant.

Par exemple, lorsque vos enfants sont tristes, vous pouvez leur dire : « Ne sois pas triste », « Ne sois pas bête » ou « Tu n’as aucune raison d’être en colère ». En agissant ainsi, vous minimisez leurs émotions et envoyez le message que leurs sentiments ne sont pas valables, et qu’il n’est pas juste de se sentir ainsi. En prenant à la légère les sentiments d’un enfant, vous lui dites que ses sentiments sont erronés.

Ne critiquez pas ou ne faites pas honte à un enfant parce qu’il a des émotions négatives.

Les émotions nous rendent humains. Les émotions humaines nous permettent de ressentir, de créer et d’expérimenter la vie. Cependant, nous devons les gérer afin de pouvoir ressentir une large gamme d’émotions sans perdre le contrôle ou nuire à notre vie quotidienne.

Critiquer les émotions ou en faire honte interfère avec le développement émotionnel de l’enfant et lui apprend que quelque chose ne va pas chez lui lorsqu’il ressent certaines émotions.

Par exemple, dire « C’est un sale gosse quand il est en colère » n’est pas une critique ou une humiliation, mais c’est aussi rabaisser le droit de votre enfant à avoir des sentiments.

N’ignorez pas les sentiments de votre enfant et ne leur manquez pas de respect.

Votre enfant apprendra à réguler ses émotions en fonction de la façon dont il est traité et soutenu par ses parents. Les enfants intériorisent les sentiments de rejet et apprennent des façons malsaines et inefficaces de gérer des émotions intenses comme la colère et la tristesse.

Les parents qui rejettent ou ne respectent pas les sentiments d’un enfant lui envoient le message que ses sentiments n’ont pas d’importance, ce qui peut entraver le développement de l’intelligence émotionnelle. Les enfants de parents qui rejettent les émotions apprennent qu’ils doivent supprimer leur expression. Des recherches ont établi un lien entre la suppression des émotions et des problèmes de santé mentale tels que la dépression chez les adolescents14.

Ne soyez pas impatient et ne vous attendez pas à des changements instantanés.

Un enfant naît avec un système émotionnel qui n’est pas entièrement développé. Il faut du temps aux enfants pour apprendre à se maîtriser. La régulation des émotions ne se développe pas du jour au lendemain. Il faut donc être patient pour enseigner et guider les enfants tout au long de leur parcours de développement émotionnel.

Permettre les émotions ne signifie pas que nous devons laisser nos enfants ou nos adolescents avoir des accès de colère. Nous devons toujours fixer des limites et interdire les comportements inappropriés. Mais nous pouvons le faire de manière positive et contrôlée, au lieu de le faire de manière colérique et punitive, en donnant des conseils pour éviter l’escalade des émotions.

Lorsque vous laissez aux enfants suffisamment de temps, d’espace et de conseils pour développer leurs propres compétences en matière de régulation, vous finirez par récolter des récompenses glorieuses.

Réflexions finales sur le coaching émotionnel

Le coaching émotionnel est l’un des trois moyens fondamentaux dont disposent les parents pour enseigner aux enfants les sentiments et la manière de réguler leurs émotions exacerbées. Il existe de fortes associations entre le style de coaching émotionnel et les résultats de l’enfant. Il est payant d’enseigner à votre enfant ce que sont les sentiments. Toutefois, si les choses s’avèrent trop difficiles, il est peut-être temps de demander l’aide d’un thérapeute familial.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires