Connectez-vous avec nous

Life

Comment la mort d’un parent affecte-t-elle un enfant ?

Le décès d’un parent dans l’enfance est une expérience traumatisante. On estime que 3,5 % des enfants de moins de 18 ans (environ 2,5 millions) aux États-Unis ont vécu le décès de leur parent1. Alors, comment la mort d’un parent affecte-t-elle un enfant ?

Quel est l’âge le plus défavorable pour perdre un parent ?

Le chagrin et la douleur ne sont pas une compétition. Les répercussions à vie de la perte d’un parent dans l’enfance dépendent de la relation parent-enfant antérieure et du soutien que l’enfant reçoit après le décès. Il n’existe pas vraiment de « pire âge pour perdre un parent ».

La plupart des gens supposent que la perte d’un parent à un plus jeune âge est la chose la plus difficile parce que la perte d’une figure d’attachement est une chose douloureuse. Cependant, si l’enfant bénéficie d’un système de soutien solide pour l’aider à surmonter son chagrin, il peut encore développer un attachement sûr et s’épanouir.

D’autre part, les enfants plus âgés ou même adultes peuvent souffrir énormément parce qu’il s’agit d’une perte importante dans la vie de cette personne ou parce qu’ils n’ont pas d’amis proches pour les soutenir pendant cette période. Il n’y a donc vraiment pas lieu de comparer.

Comment la mort d’un parent affecte-t-elle un enfant ?

La perte précoce d’un parent augmente généralement la probabilité d’une prise en charge inadéquate de l’enfant2 et détériore le statut économique de la famille3.

Dans certaines familles, cela se traduit par des pressions accrues pour que l’enfant en deuil assume les responsabilités du parent décédé et s’isole de ses amis. Dans d’autres, le décès de leurs parents entraîne un mauvais bien-être psychosocial de l’enfant, des changements de comportement, une augmentation du stress et des troubles du sommeil4.

Les effets psychologiques de la perte d’une mère ou d’un père pendant les années de formation sont importants. Les enfants qui subissent une perte parentale courent un risque plus élevé d’avoir de nombreux résultats négatifs, notamment des problèmes mentaux (p. ex. dépression, anxiété, plaintes somatiques, symptômes de stress post-traumatique), une scolarité plus courte, une réussite scolaire moindre, une plus faible estime de soi5 et davantage de comportements sexuels à risque6.

Compte tenu des effets négatifs à long terme associés au décès d’un parent, il est impératif que la société aide les enfants à faire leur deuil de manière saine. Cependant, les croyances culturelles et les malentendus persistants font souvent obstacle à un soutien approprié des enfants et leur rendent un mauvais service.

Un garçon qui pleure montre comment la mort d'une mère affecte un fils.

Comment la réaction du parent survivant affecte-t-elle l’enfant ?

Les enfants attendent de leurs parents qu’ils les aiment inconditionnellement tout en les protégeant des réalités inconfortables de la vie. Lorsqu’un parent meurt, la vie de l’enfant devient souvent infiniment plus effrayante et incertaine, laissant l’enfant s’interroger sur la suite des événements.

Il est compréhensible que cela impose un lourd fardeau au parent restant et aux autres membres de la famille qui veulent aider l’enfant à faire son deuil, tout en gérant leur propre douleur à la suite du décès d’un être cher.

Alors que certaines cultures abordent le deuil de manière positive, d’autres encouragent les adultes qui entourent les enfants en deuil à mettre leurs émotions en veilleuse. Ces cultures rationalisent souvent cette pratique en invoquant le fait que les enfants comptent sur les adultes pour rester forts en période d’incertitude.

Ces adultes ont alors des émotions refoulées ou des émotions réprimées.

Réprimer des émotions, c’est faire une tentative consciente et délibérée de cacher des émotions aux autres7. Un parent ou un tuteur peut ressentir de la tristesse, mais au lieu de l’exprimer, il décide de la cacher en présence de son enfant.

Les émotions refoulées sont souvent inconscientes. Avoir des émotions refoulées est une tentative du corps de se débarrasser des mauvaises pensées. Les personnes refoulées peuvent ne pas être conscientes de leurs émotions sur le moment. Ces émotions refoulées peuvent finir par se manifester avec le temps.

D’une part, les recherches ont montré que cela entrave le processus de guérison pour le parent et l’enfant9. Mais d’autre part, une étude révèle que les émotions refoulées jouent un rôle adaptatif dans le processus de deuil.

La question de savoir si la suppression ou la répression des émotions par un parent est un bon mécanisme d’adaptation fait toujours l’objet d’un débat8. La suppression ou la répression des émotions d’un parent peut être saine ou non pour son propre bien-être mental. Mais le plus important est de savoir comment leurs croyances dans la négation des émotions affecte la façon dont ils aident leur enfant à faire face à la perte..

Lorsque les parents survivants croient que les enfants ne sont pas capables de comprendre la mort ou de gérer avec succès les émotions et les craintes qu’elle suscite, ils ont tendance à éviter le sujet à la maison et à agir « normalement » en présence de l’enfant.

Mais la vérité est que la capacité des enfants à faire face à la mort de manière positive peut être augmentée par les actions prises par les adultes influents dans les jours, les semaines et les mois qui suivent la perte.

Plutôt que de balayer le problème sous le tapis et de prétendre que tout va bien, les personnes qui s’occupent des enfants en deuil peuvent utiliser les stratégies suivantes pour les aider à s’adapter avec succès10.

une fille pleure sur l'épaule de sa mère la mort de son père a des répercussions sur sa fille

Comment aider un enfant en deuil

Le Family Bereavement Program (FBP) développé par l’Arizona State University (ASU) est une intervention fondée sur des preuves qui s’adresse aux familles en deuil parental. Il vise à promouvoir la résilience des jeunes enfants et des parents survivants11.

Voici les stratégies.

1. Normaliser le processus de deuil

La façon dont la mort d’un parent dans l’enfance affecte un enfant dépend de la façon dont les adultes influents de son entourage réagissent à son chagrin. Un enfant qui a perdu un parent a besoin de savoir qu’il est acceptable de montrer ses émotions et de parler de la personne qui est morte. Il est important de normaliser le processus de deuil. Elle permet aux enfants de réduire leurs angoisses face à l’avenir.

Les enfants peuvent ressentir une variété d’émotions à la suite du décès d’un parent, y compris la colère et la culpabilité. Ils doivent savoir que le décès n’est jamais la faute de l’enfant. Il est également normal que l’enfant pense voir ou rêver de son parent décédé. Ils n’ont pas à oublier les parents qui sont morts.

2. Utiliser l’éducation positive

Très souvent, les enfants peuvent communiquer leur difficulté à s’adapter aux changements qui suivent le décès en se comportant mal. En utilisant la parentalité positive, les parents créent une relation parent-enfant positive et un environnement qui permet une communication ouverte.

Les parents qui pratiquent la parentalité positive sont chaleureux et d’un grand soutien. Ils utilisent une discipline positive efficace dans laquelle le parent est gentil et ferme. Une parentalité positive efficace peut aider les enfants à s’adapter après la mort de leur parent. Elle réduit la probabilité de maladies mentales chez l’enfant, comme le trouble dépressif majeur, et favorise une meilleure adaptation chez les enfants endeuillés12.

3. Réduire l’exposition de l’enfant aux événements négatifs de la vie

Les événements de vie négatifs qui suivent la perte d’un parent sont liés à une augmentation des problèmes de santé mentale chez l’enfant13. Par exemple, les vacances peuvent être difficiles pour les familles endeuillées au cours des deux premières années, surtout pour les enfants. Les parents peuvent faire preuve d’une bonne capacité d’écoute pour offrir aux enfants un environnement sûr où ils peuvent parler de leurs sentiments concernant les vacances.

Un domaine qui préoccupe souvent les enfants endeuillés est le fait que leur parent commence à sortir et à développer de nouveaux intérêts amoureux à long terme. Les parents peuvent introduire lentement un nouveau partenaire ou un nouveau membre de la famille. Ils doivent parler ouvertement de la relation avec leurs enfants, d’une manière adaptée à leur âge.

4. Améliorer les capacités d’adaptation de l’enfant

Les stratégies d’adaptation actives sont associées à une adaptation plus positive après le décès d’un ou des deux parents14. Ces stratégies comprennent :

  • recadrer les affirmations négatives en un discours plus positif et inclure l’optimisme.
  • abandonner la croyance que l’on peut contrôler les événements incontrôlables et identifier les événements que l’on peut contrôler.
  • se concentrer sur la résolution de problèmes
  • recherche d’un soutien émotionnel pour aider à gérer les situations stressantes.

Pour aider les enfants endeuillés à acquérir un sentiment d’efficacité, les parents peuvent demander à leurs enfants de se fixer des objectifs dans la pratique de ces compétences. Ils peuvent fournir des commentaires positifs spécifiques lorsque les enfants utilisent ces stratégies. Les parents devraient également exprimer une croyance constante dans la capacité de leurs enfants à faire face à leurs problèmes.

Les enfants endeuillés peuvent ressentir plus d’impuissance et croire qu’ils ont moins de contrôle sur les événements qui leur arrivent que leurs camarades non endeuillés.

Aider les enfants à gérer cette anxiété après la perte d’un parent à un jeune âge peut se faire en leur apprenant où se trouvent leurs responsabilités. Promouvoir « un sentiment de contrôle adaptatif en s’attachant à distinguer les problèmes qu’il appartient à l’enfant de régler de ceux qui relèvent de la responsabilité de l’adulte « 15.

Par exemple, si le parent restant a du mal à faire face à la perte, il doit d’abord être honnête avec l’enfant au sujet de ses difficultés. Le parent peut ensuite lui faire savoir qu’il ne s’attend pas à ce que l’enfant l’aide et qu’il s’adressera plutôt à un professionnel qualifié.

Il est bénéfique pour les enfants d’entendre que le parent sera en mesure de mieux gérer sa détresse avec le temps et que son travail consiste à se concentrer sur des tâches telles que faire ses devoirs et passer du temps avec ses amis.

Dernières réflexions sur l’impact du décès d’un parent sur un enfant

Lorsque vous travaillez avec les pratiques FBP, soyez conscient que certaines stratégies fonctionneront immédiatement et d’autres non. Faites preuve de grâce. Comprenez que ce voyage doit se faire un jour après l’autre. La douleur associée à la perte d’un parent ne disparaîtra probablement jamais complètement, mais le parent survivant et ses enfants retrouveront le bonheur.

Références

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Populaires